Daniel Saclier, Directeur Achats et Développements, Guerlain

Daniel Saclier, Directeur Achats et Développements, Guerlain

Premium Beauty News - Que retiendrez-vous de cette année 2008 en matière de lancements et de nouveautés pour Guerlain ?

Daniel Saclier - L’année 2008 fut encore chargée pour Guerlain avec trois lancements majeurs : repackaging de la gamme Soin, mascara le 2 et Guerlain Homme.

Les nouveautés techniques ont été ciblées sur le mascara avec une brosse injectée à lamelle particulièrement innovante concernant le résultat maquillage.

Premium Beauty News - Certains redoutent une année 2009 qui ne s’annonce pas vraiment sous les meilleurs auspices. Quel message souhaitez-vous passer à l’ensemble de la filière "fournisseurs" en cette fin d’année 2008 ?

Daniel Saclier - En effet, l’année 2009, plus particulièrement son premier semestre, va être compliquée pour le récurrent du catalogue, quelques animations viendront ponctuer et soutenir les marchés dans leurs actions. Le message est clair, faire face à une incertitude de nos marchés, qui va nous demander de la souplesse organisationnelle, et surtout, de distribution qui va mettre sous tension toutes les organisations logistiques.

Un point sur lequel je reste confiant, en ce qui concerne Guerlain, c’est le portefeuille des nouveautés qui reste étoffé de nombreux projets, ce qui est un très bon indicateur du business à venir !

Premium Beauty News - Les prix des matières premières ont fait le "yoyo" au cours de ces derniers mois. Pas facile dans ces conditions de faire des prévisions....?

Daniel Saclier - Il est clair qu’il est difficile de traduire le moindre indicateur dans ce domaine... Là aussi, les premiers mois de l’année vont nous donner une meilleure lecture de la stratégie de nos producteurs de résine et autres.

Premium Beauty News - Les préoccupations écologiques ne risquent-elles pas de faire les frais d’un contexte économique difficile ?

Daniel Saclier - Je ne crois pas, il existait un déséquilibre mondial orienté au profit de l’Asie générant de nombreux transports (avion, bateau...) qui, je pense, va évoluer et tendre vers un rééquilibrage naturel des zones productrices, donc l’environnement devrait en sortir vainqueur.

Il reste toutefois une donnée importante concernant le luxe. Est ce que la cliente est prête à se priver du "rêve" procuré lors de son achat en trouvant des packagings allégés, défleurés, etc. Nous n’avons pas encore totalement répondu à cette équation...

Premium Beauty News - Il semble que la notion de "full service" ait évolué au sein de la politique industrielle de grandes maisons de luxe. Est-ce le cas chez vous et pour quel type de produits ?

Daniel Saclier - Pas de changement de stratégie sur ce point nous concernant, nous sommes toujours attentifs à ce qui se fait dans le domaine du maquillage.