Follow us twitter facebook
Edition: Global
Click here to subscribe toour free weekly newsletter click here
Science, R&D

Cosmetic and Sensory, la beauté tombe sous le sens

Texture, odeur, couleur... la poly-sensorialité est indissociable de l’univers cosmétique. Encore faut-il savoir l’utiliser de manière appropriée et en mesurer l’impact sur le consommateur, ont expliqué chercheurs et fabricants réunis au congrès Cosmetic and Sensory, du 24 au 26 juin à Tours.

Marketing expérientiel et points de vente

Le plaisir comme le déplaisir des sens commencent dans le point de vente lui-même. En effet, pour 62 % des Français, faire les courses est une corvée (source Sofres, septembre 2008). Cette bonne dose d’ennui combinée à une uniformisation galopante de l’offre conduit à la dé-consommation.

Pour inverser le mouvement, Bruno Daucé, maître conférence à l’Université d’Angers, prône le recours au marketing expérientiel, «  déclinaison du marketing chargée de construire une expérience hédonique liée à la marque », précise-t-il avant de l’illustrer par trois exemples : la Maison Natura, « véritable lieu de vie à la brésilienne », Lush et ses odeurs gourmandes exhalées à l’intérieur et à l’extérieur du point de vente aménagé à la manière d’une pâtisserie, ou Yves Rocher. Celui-ci réaffirme ses racines grâce à son Atelier Cosmétique Végétale (exit le terme point de vente !), et à ses trois espaces distinctifs, une « serre végétale » pour rappeler le métier de récoltant, un « laboratoire végétal » pour le métier de fabricant et enfin un espace ressourcement (institut).

Trois façons originales de mettre en scène les produits, qui, eux aussi, ne sont plus seulement jaugés en termes d’efficacité, mais aussi de sensorialité.

Claire Deniau, SAM

Claire Deniau, SAM

Préférences sensorielles masculines

Les cosmétiques masculins, pour lesquels la société SAM Sensory and Marketing a réalisé une étude sensorielle, n’échappent pas à la quête des sens. L’étude a d’abord permis de décrypter les motivations d’achat des hommes (par ordre décroissant d’importance, la marque, le bénéfice, le type de produit, le packaging) avant de lancer l’étude de marketing sensoriel proprement dite pour déterminer le couple formule/packaging idéal.

Résultat, à marque égale, un soin énergisant conditionné en tube blanc ou gris gagnerait 10 points de parts de préférence (peu ou prou des parts de marché) par rapport à un soin anti-fatigue en tube bleu ou autre couleur... Autres enseignements, la cible masculine préfère «  les textures fraîches, faciles à étaler, indétectables, de couleur bleu ou blanche et à la fragrance musquée, » explique Claire Deniau qui dirige l’agence SAM.

Fonds de teint

Toujours en matière sensorielle, LVMH a élaboré une méthodologie pour comprendre les attentes - exprimées ou non - des consommatrices en matière de fonds de teint. 140 femmes, parmi lesquelles trois groupes ont été détectés (un premier, de 40 %, qui attendait de la légèreté et de la transparence, un deuxième, de 20 %, qui voulait du naturel mais couvrant, et un troisième, de 40 % encore, une formule satin ou légèrement poudrée) ont évalué 10 produits...

Éric Perrier, LVMH Recherche

Éric Perrier, LVMH Recherche

Un mapping sensoriel a permis de constater que les groupes 2 et 3 n’avaient pas de fonds de teint parfaitement adaptés, d’où le développement de trois nouvelles formules. «  Ce type d’étude est intéressant car il nous permet de développer pour chaque groupe le profil sensoriel idéal, et donc de réduire le nombre d’essais pour nous concentrer sur des choses plus fondamentales, souligne Eric Perrier, de LVMH Recherche. Nous pourrions ainsi bâtir une cartographie sensorielle pour chaque produit, chaque zone géographique, et affiner encore les critères ».

Parfums

Ce qui est vrai pour le soin et le maquillage l’est aussi pour le parfum. De plus, celui-ci « peut être une source anti-stress », rappelle Anne Abriat de L’Oréal. Ce que confirme par la négative Boriana Atanasova (Université Rabelais, Tours), qui montre que «  les dépressifs souffrent d’anhédonie olfactive », entendez par là un renforcement des odeurs désagréables et une diminution des odeurs agréables, selon des processus complexes qui restent encore à préciser...

Anne Abriat, L'Oréal

Anne Abriat, L’Oréal

Bref, il reste du chemin à parcourir pour comprendre, mesurer et développer la poly-sensorialité, et pour y aider, un nouveau congrès Cosmetic and Sensory est prévu en 2011.

Sabine Durand

© 2009 - Premium Beauty News - www.premiumbeautynews.com
latest news
Focus

MakeUp in Paris: The countdown has started before the 2020 edition

The next edition of the BtoB trade show dedicated to the make-up and skincare value chain will be held on June 18th and 19th at the Carrousel du Louvre. Once again, MakeUp in Paris will gather key suppliers of packaging, formulation and full-service solutions for the make-up and skincare markets. The event will feature: latest (...)

read more
job opportunities
Experts’ views
On center stage, the floral bouquet is making its come back

Émilie Coppermann
On center stage, the floral bouquet is making its come back

Just like fashion that is eternally being reinvented, perfumery also works in cycles. And the floral accord is no exception. The very essence of femininity, today floral fragrances are less invasive than in the 1980s, as was the case with Poison by Christian Dior. At the end of the 1990s, floral accords were replaced by clean musky (...)

read more

Features

We use cookies to give you a better browsing experience. By continuing your visit to this site, you accept the use of cookies. Read more and set cookies
close