Les deux groupes ont annoncé aujourd’hui avoir mis un terme à leurs négociations concernant Qualipac, le pôle plasturgie et métal de Pochet.

« Les conditions de réussite de cette opération se trouvent en effet altérées dans cette période complexe et incertaine », explique le groupe Pochet dans un communiqué.

« Les conséquences de la crise sanitaire liée au Covid-19 ont sensiblement modifié les conditions et les perspectives initialement envisagées pour la reprise de Qualipac et n’ont pas permis de trouver un nouvel accord », indique, de son côté, PSB Industries.

Les deux entreprises avaient officialisé leurs discussions le 5 février dernier. Priminter, l’activité trading du groupe Pochet, faisait également partie des pourparlers.

Spécialiste de la transformation et de la décoration des plastiques, de l’aluminium et du zamak, Qualipac a réalisé un chiffre d’affaires mondial de l’ordre de 239 millions d’euros en 2019 et emploie plus de 2300 personnes à travers le monde.

Pochet et PSB Industries ont mis un terme à leurs négociations concernant...

Pochet et PSB Industries ont mis un terme à leurs négociations concernant Qualipac, le pôle plasturgie et métal de Pochet.

Toutefois, le Groupe Pochet ne renonce pas à ses projets de transformation et indique qu’il poursuivra « la recherche d’opportunités pour Qualipac ».

« Le marché du packaging beauté haut de gamme connaît des changements conséquents. Tout d’abord, c’est un marché de plus en plus tiré par la catégorie Soin, qui représente aujourd’hui 40% du marché mondial et 60% de la croissance, alors que le marché des parfums ralentit. C’est aussi un marché dont le centre de gravité se déplace vers l’Asie. Dans le même temps, la pression des enjeux environnementaux nécessite des investissements conséquents. Enfin, nous devons prendre le train de la transformation des technologies de production 4.0, qui font entrer l’intelligence artificielle dans les usines. Tout cela va lourdement solliciter nos ressources. D’autant que les attentes de nos clients évoluent, elles aussi, à grande vitesse, avec notamment une demande croissante de personnalisation venue des consommateurs et une montée en force des indie brands. Autant de facteurs qui nécessitent davantage d’agilité de notre part », expliquait en février Tristan Farabet, Directeur général du Groupe Pochet, lors d’un entretien avec Premium Beauty News.