Les spectaculaires annonces des géants de l’industrie - Unilever s’engageant à diviser par deux sa consommation de de plastique vierge ou L’Oréal annonçant le lancement prochain d’un tube à base de papier - sont emblématiques d’une tendance générale : l’industrie des cosmétiques cherche à réduire sa dépendance aux plastiques.

Sora Enos a présenté ses biocomposites DuraSense composés d'un mélange de 30%...

Sora Enos a présenté ses biocomposites DuraSense composés d’un mélange de 30% à 50% de fibres de cellulose et de polypropylène.

Le tube à base de papier développé conjointement par L’Oréal et Albéa devrait habiller certains produits La Roche Posay dès le deuxième semestre 2020. Également présenté à Luxe Pack, un autre tube à base de carton, proposé cette fois par la fabricant finlandais Stora Enso, permettrait de réduire l’utilisation de plastique de 70% par rapport à un tube plastique classique. Mieux, ce tube serait recyclable dans la même filière que les briques de lait multicouches de type Tetra Pak.

Stora Enso, toujours, a également présenté à Luxe Pack ses biocomposites DuraSense composés d’un mélange de 30% à 50% de fibres de cellulose et de polypropylène.

Et s’ils n’étaient pas présentés à Luxe pack cette année, les pots biodégradables composés de copeaux de bois certifiés FSC et de liants naturels, dépourvus de microplastiques, développés par Sulapac étaient dans de nombreuses conversations. La société finlandaise, dont le capital a récemment été renforcé par de grands noms, dont Chanel, consacrerait l’essentiel de ses capacités de productions à la préparation d’un lancement majeur.

Peut-être plus significatif encore de la transformation en cours au sein de l’industrie de la beauté, tous les fabricants d’emballages plastiques proposent aujourd’hui des solutions à base de plastiques alternatifs, qu’il s’agisse de plastiques d’origine végétale, issus de la canne à sucre ou du maïs, ou de plastiques recyclés. Différentes solutions hybrides combinant, par exemple, canne à sucre et copeaux de bois, ou même coquilles d’huitres, comme les capots réalisés par PRP Création à partir des matériaux développés par Authentic Material, ont également été présentées à Luxe Pack Monaco.

Eastman, qui présentait à Luxe Pack une nouvelle génération plus écologique de Trēva, son alternative durable à l’ABS, ainsi que Cristal Revēl, une nouvelle gamme de copolyesters composés à base de matériaux recyclés post-consommation (PCR), a été récompensé par le prix Luxe Pack in green 2019, dans la catégorie « Initiatives responsables », pour la mise en place de plusieurs boucles d’économie circulaire du plastique.

En attendant de trouver des molécules alternatives, il est toujours possible de recourir au plastique recyclé. C’est le cas de Dow, qui présentait en partenariat avec la société italienne Premi, des bouchons en Surlyn à base de 40% de matière recyclée.

Pour aller plus loin, on peut aussi combiner plastique recyclé et allègement, à l’image du flacon en RPET de Pinard Emballages le poids a été réduit de 40%.

Enfin, lorsque c’est possible, on élimine complètement le plastique, à l’image des applicateurs en bois proposés par Cosmogen ou par Texen.

L’emballage cosmétique du futur sera vert. Le plastique ne devrait pas disparaitre mais ses formes vont se multiplier et son utilisation se transformer.