Le verrier nordiste a repris sa production lundi 18 mai, après deux mois d’interruption. À l’instar de la plupart des fabricants de verre haut de gamme pour l’industrie des parfums et des cosmétiques, Stoelzle Masnières Parfumerie a été confronté à un brusque arrêt de la demande (les ventes dans le circuit sélectif en France ont chuté de 93% au cours de la première semaine de confinement) et à la nécessité de réorganiser ses processus de production pour protéger ses employés, avec une rigueur d’autant plus importante que l’entreprise déplore le décès d’un salarié atteint par le coronavirus.

« Aujourd’hui, les conditions sont réunies pour une reprise d’activité sécurisée et progressive avec la mise en place des gestes barrières spécifiques à notre métier », estime Étienne Gruyez, CEO de l’entreprise.

Étienne Gruyez, CEO Stoelzle Masnières - Mai 2020

Étienne Gruyez, CEO Stoelzle Masnières - Mai 2020

Deux lignes de production de verre, sur les quatre que compte actuellement le site, ont ainsi été remises en service. Une partie du personnel est donc maintenue au chômage partiel. « Plus que jamais, les salariés de Stoelzle Masnières se sont mobilisés et ont répondu présents pour que notre belle entreprise puisse aller de avant », souligne Étienne Gruyez.

Investissements décalés

Dans ce contexte, l’entreprise verrière des Hauts de France, filiale depuis 2013 du groupe autrichien Stoelzle Glass Group, ne renonce toutefois pas à ses ambitions de développement, et notamment la création d’une cinquième ligne permettant une augmentation de la capacité de production de 30%.

Les travaux de rénovation de l’outil industriel qui étaient initialement prévus pour l’été 2020 sont toutefois reportés. « Une nouvelle date sera fixée, en concertation avec nos sous-traitants et nos clients, dès que nous aurons tous davantage de visibilité sur l’avenir », explique Étienne Gruyez.

« En cette sortie de crise 2020, plus que jamais, nous allons tenir ce cap pour continuer à développer et pérenniser nos activités. Nous remercions tout particulièrement le soutien si précieux des équipes de Xavier Bertrand pour la région des Hauts de France et des services du Ministère de l’Économie et des Finances qui nous ont aidé́ à obtenir un Prêt Garanti par l’État, afin d’assurer la pérennité de nos entreprises au service de nos clients et partenaires », conclut le PDG.