Confronté à une situation économique difficile, Qualipac annonce un plan de réorganisation. Le pôle plasturgie et métal du groupe Pochet, dont la vente à PSB Industries (Texen) a été interrompue par la crise liée à la pandémie de Covid-19, entend restaurer sa compétitivité et consolider ses expertises pour assurer sa pérennité.

Rentabilité dégradée

Selon un communiqué diffusé hier par l’entreprise, Qualipac accuse une baisse accélérée de sa rentabilité depuis 2018 avec un résultat devenu déficitaire depuis fin 2019 et une part de marché en baisse. « Qualipac est notamment pénalisé par sa forte exposition au marché peu dynamique du parfum et à l’Europe alors que le secteur de la beauté est désormais tiré par le soin et que son centre de gravité se déplace vers l’Asie. À cela s’ajoute une pression concurrentielle intense et de plus en plus mondialisée », affirme l’entreprise.

La violence de la crise consécutive actuelle n’a fait qu’exacerber ces difficultés.

Ajustement des capacités de production

La direction de Qualipac a donc présenté aux représentants du personnel un projet de réorganisation industrielle portant sur un ajustement des capacités de production en France, une réorganisation de la fonction supply chain et un renforcement à l’international.

Concrètement, l’entreprise prévoit de :

- Regrouper la production de son unité d’Aurillac sur un seul site, au lieu des deux actuellement en fonctionnement,
- Recentrer l’activité de son site de Chartres autour de son expertise d’assemblage,
- Augmenter l’activité de métallisation et d’injection à Chateau-Thierry,
- Créer un service client central en France pour offrir aux clients un point d’entrée unique vers l’ensemble des expertises de Qualipac,
- Renforcer ses investissements en matière de RSE et d’innovation,
- Développer des partenariats commerciaux en Chine et au Brésil afin d’accompagner la croissance des clients sur ces marchés.

Suppressions de postes

Selon l’entreprise, ce projet pourrait conduire à la suppression de 40 postes à Aurillac, jusqu’à 85 postes à Chartres et 9 postes supply chain sur l’ensemble des autres filiales françaises. Par ailleurs, la création d’un service client central en France devrait s’accompagner de la création de 10 postes.
Ce plan sera accompagné de mesures d’accompagnement prévoyant notamment de « favoriser le reclassement en interne », ainsi que « des partenariats avec des entreprises locales en vue de reclassements externes ».

Pour Thierry Rabu, directeur général de Qualipac : « Qualipac préservera ses expertises et son ancrage français en restaurant sa compétitivité et en gagnant en efficacité. Ce projet est difficile mais nécessaire pour pérenniser Qualipac, consolider son excellence industrielle et en faire le partenaire préféré de nos clients ».