Philippe Vallée, BioPhys-Solutions

Philippe Vallée, BioPhys-Solutions

Premium Beauty News - Il semble qu’il n’y ait pas une eau mais plusieurs.

Philippe Vallée - En effet, l’eau dont la formule chimique est très simple s’avère être un milieu très complexe aux propriétés multiples : l’eau est en constante réorganisation avec une durée de vie des liaisons hydrogènes de 10-12 secondes. Ses propriétés physico-chimiques peuvent donc varier. Par exemple, quand l’eau est mise en contact avec l’air ou même avec son contenant, on note une migration de composés minéraux, organiques, et/ou de gaz. Ceux-ci peuvent ensuite, par affinité chimique, s’agglomérer pour former des colloïdes qui, à leurs interfaces, vont induire une réorganisation de l’eau. Cette eau interfaciale est particulièrement intéressante pour ses propriétés physico-chimiques et peut induire une nouvelle activité biologique.

Premium Beauty News - Vous avez étudié l’action des champs électromagnétiques sur l’eau. Quels en ont été les enseignements ?

Philippe Vallée - En effet, ma thèse de doctorat [1] a porté sur l’impact de champs électromagnétiques basse fréquence sur les propriétés physico-chimiques de l’eau et par extension sur son activité biologique. Dans un premier temps, il a fallu mettre en place un protocole standardisé, de façon à maîtriser l’interaction de l’eau avec son environnement. À partir de là, j’ai pu démontrer que des champs électromagnétiques pulsés de basse fréquence, appliqués sur des échantillons d’eau, agissent au niveau de la double couche ionique, à l’interface gaz/eau des colloïdes que sont les nanobulles de gaz présentes. En effet, toute eau renferme en son sein des nanobulles de gaz qui s’agglomèrent autour d’impuretés résiduelles et forment une interface sur laquelle les molécules d’eau s’organisent en eau interfaciale. L’action de ces champs électromagnétiques, déstabilisant les nanobulles, de gaz engendre la libération des molécules adsorbées et une meilleure hydratation de celles-ci. On note alors des modifications des propriétés physicochimiques et biologiques des échantillons d’eau exposés. Il est intéressant d’observer que l’eau de notre corps est principalement de l’eau interfaciale.

Premium Beauty News - Quelles sont les applications potentielles de vos découvertes ?

Philippe Vallée - Les applications de notre procédé breveté de traitement de l’eau sont nombreuses et ont fait l’objet de publications scientifiques [2]. Nous développons ces applications au sein de la société BioPhys-Solutions dont un des buts est de transférer cette rupture technologique à des partenaires industriels du secteur de la biotechnologie. Nous avons plusieurs projets dans les domaines de l’agronomie, du traitement des eaux, du nutraceutique et de la cosmétique. Par exemple, avec notre procédé, nous augmentons significativement la solubilité et la dispersion d’un principe actif amincissant et doublons sa diffusion transcutanée selon des mesures réalisées sur des explants de peau humaine. Notre procédé physique de formulation optimise la solubilité et la dispersion de composés apolaires sans ajout de tensioactifs permettant ainsi d’avoir des formules épurées. Nous augmentons la bio-assimilation et les performances des produits formulés. Cette écotechnologie est par ailleurs respectueuse de l’environnement et certifiable par les labels bio.

Premium Beauty News - La nécessité d’appliquer un champ électromagnétique de basse fréquence n’est-elle pas néanmoins une contrainte importante pour un industriel ?

Philippe Vallée - Certes, toute innovation nécessite des adaptations mais la manière dont travaillent les industriels est compatible avec notre procédé écotechnologique. Aujourd’hui, nous avons des équipements de laboratoire pour réaliser les études de faisabilité et nous étudions actuellement le transfert industriel avec un partenaire du domaine de la nutraceutique pour produire des volumes à l’échelle de production.

Premium Beauty News - Quelles sont vos perspectives ?

Philippe Vallée - Au niveau de notre R&D, nous continuons à investiguer les possibilités d’applications et plusieurs projets sont en cours. Avec un partenaire du monde de la cosmétique, nous étudions la formulation d’ "eaux actives" en sachant que l’eau est un ingrédient majoritaire dans les cosmétiques. Dans le domaine pharmaceutique et nutraceutique, nous collaborons avec un chercheur de l’INSERM sur un projet d’eaux thérapeutiques. Nous nous ouvrons aussi au domaine du diagnostique médical, et au domaine vétérinaire. L’eau étant un "véhicule" important pour de nombreux domaines.

Voir aussi le numéro spécial de PremiumBeautyNews.com consacré aux ingrédients cosmétiques.