Près de six Françaises sur dix (58%) déclarent avoir acheté des produits...

Près de six Françaises sur dix (58%) déclarent avoir acheté des produits cosmétiques et d’hygiène bio au cours de l’année passée. Photo : ©simarik / IStock.com

Spécialiste des abonnements de box beauté à base de produits naturels, Nuoobox.com s’est intéressé aux habitudes des Françaises en matière de produits de beauté naturels et biologiques. La marque a choisi l’Ifop pour réaliser une étude sur les habitudes de consommation des françaises en la matière [1]. Résultat, près des trois quarts des femmes interrogées (72%) déclarent avoir déjà utilisé un produit cosmétique bio au cours de leur vie.

Tendance générale

L’étude fait mention de légères disparités selon l’âge des répondantes, mais globalement toutes les tranches sont concernées par l’utilisation de produits cosmétiques bio ou naturels. Les plus jeunes (18 à 24 ans) et les 50-64 ans sont les plus nombreuses à avoir déjà eu recours à des cosmétiques bio ou naturels au cours de leur vie (75%). A contrario, seulement 60% des 25-34 ans affirment en avoir déjà utilisés.

Les cosmétiques bio ou naturels sont en revanche principalement prisés par les CSP+. En effet, si 69% des françaises faisant partie de la catégorie socioprofessionnelle « cadres et professions intellectuelles supérieures », et 61% des professions intermédiaires ont déjà acheté des produits cosmétiques et d’hygiène bio, elles ne sont que 55% parmi les employées et 43% parmi les ouvrières. Toutefois, ce phénomène est en train de se résorber et les écarts entre les CSP tendent à se réduire, estime l’Ifop.

« Aujourd’hui les produits bio/naturels touchent de plus en plus toutes les classes sociales et tous les âges, » souligne Laure Friscourt, Directrice du pôle Beauté et Grande Consommation de l’Ifop. « Notons que le Bio et le Naturel sont deux notions qui se confondent encore dans l’esprit des consommateurs, » précise-t-elle.

Soins et produits d’hygiène

En matière de cosmétiques bio ou naturels, les femmes privilégient avant tout les soins pour le corps (58%), devant les soins pour le visage (57%), les produits d’hygiène pour le visage (57%), ou les produits pour les cheveux (55%). En revanche, les parfums (30%) et les produits de protection solaire (35%) ne sont pas encore très prisés.

Pourquoi les Françaises se tournent-elles vers les produits de beauté bio ou naturels ? Avant tout car elles souhaitent prendre soin de leur santé et de leur corps (64%), mais aussi pour l’efficacité de ce type de produits (60%), et pour préserver l’environnement (56%) et le bien-être animal (50%).

Une large majorité de sondées (63%) considère cependant que le prix apparaît comme « un frein déterminant  » à l’usage de ces produits.

Un vecteur de renouveau ?

« L’étude montre une grande dynamique du bio et de la naturalité dans le domaine de la beauté, mais à la fois une grande méfiance de la part des consommatrices. Ce phénomène se décrypte par le fait que l’efficacité des produits cosmétiques bio ou naturel est à la fois l’une des principales motivations mais aussi l’un des principaux freins. Il y a quelques années, les ingrédients bio ou naturels étaient perçus comme inefficaces alors qu’aujourd’hui la mentalité évolue sur la question,  » conclut Laure Friscourt. « Avec la démocratisation du cosmétique bio ou naturel, les petites entreprises peuvent se positionner sur ce marché. »

Dans ce contexte, les indie brands bénéficient du développement des ventes en ligne et dans les réseaux spécialisés. Mais la progression du segment naturel et bio en GMS devrait également contribuer à accentuer la tendance. Le lancement par L’Oréal de sa nouvelle marque La Provençale Bio, proposant des déodorants, des gels douche, ainsi que des soins pour le visage et le corps à des prix accessibles (5,30 euros pour un gel douche à 13,90 euros pour un soin anti-âge), pourrait pousser de nouvelles catégories d’acheteurs vers ce segment, tout en contribuant à relancer les ventes de produits d’hygiène et de soins en super et hypermarchés, à la peine ces dernières années.