Émilie Coppermann, Symrise

Émilie Coppermann, Symrise

Pour Émilie Coppermann, Maître Parfumeur chez Symrise et créatrice de la fragrance, la consommatrice chinoise « curieuse et hyper connectée », a su s‘ouvrir à des codes olfactifs venus d’Occident, mais « ses références demeurent principalement asiatiques et restent en faveur des senteurs naturelles et douces ».

Boostés par l’intérêt croissant des Millennials chinois pour les fragrances, les ventes de parfums sont en plein essor en Chine. C’est dans ce contexte porteur que le groupe Jahwa, propriétaire de la marque Herborist, a choisi de célébrer ses 120 ans en lançant ce qu’il a souhaité être le « premier grand parfum de Chine ».

Pour se développement ambitieux, loin des habitudes de la marque, le groupe a fait appel à l’expérience de l’agence de design centdegrés, qui accompagne le repositionnement de son image globale depuis 2008. L’agence a ainsi imaginé un flacon en forme de sablier, qui décline en trois dimensions l’idée de suspension du temps déjà suggérée par le nom. « Avec ce parfum, le temps s’arrête. Il reflète tout le paradoxe du concept de temps en Chine, à la fois infini et cyclique, sans début ni fin », commente Matthieu Rochette-Schneider, centdegrés General Manager Greater China & Southeast Asia.

Le développement de la fragrance a été confiée à la maison Symrise. Pour mieux comprendre l’ADN de la marque et s’inspirer de la tradition et de la culture qui constituent le terreau d’Herborist, Émilie Coppermann s’est rendue en Chine et a visité les spas et les boutiques de la marque. « J’ai été émue par son identité minimaliste, naturelle, féminine et sophistiquée. Comme l’ingrédient principal du parfum, je voulais choisir une fleur qui pourrait à la fois exprimer ces valeurs et être trouvée en Chine. J’ai donc sélectionné le magnolia et utilisé à la fois la fleur et les feuilles », détaille la créatrice.

Les équipes de Symrise et de centdegrés ont régulièrement échangé lors du travail de développement pour parvenir à « un produit vraiment cohérent et unique ».

« Les consommateurs chinois sont de plus en plus favorables aux créations lancées par les marques locales. Dans ce contexte, Mon Instant d’Herborist a été créé pour être un véritable parfum chinois, de son concept à ses ingrédients. Quant aux tendances olfactives, je pense que les parfums naturels continueront de prévaloir. De plus, l’intérêt actuel des consommateurs chinois pour leur propre patrimoine traditionnel pourrait ouvrir la voie à une future tendance des parfums à base d’ingrédients traditionnels chinois », conclut Émilie Coppermann.

Pour répondre à ses attentes, le nez de Symrise a imaginé une fragrance florale très féminine et naturelle, inspirée des valeurs de bien-être et de naturalité qui animent la marque Herboriste depuis plus de vingt ans.

À noter, Claire Viola, VP stratégie digitale au sein de la division Fragrances de Symrise, interviendra lors de la 3e édition du Fragrance Innovation Summit, le 7 novembre à Paris, sur le thème : « L’assistant parfumeur Philyra et les ‘millennials’ Brésiliens ».

Programme et inscription : www.fragranceinnovation.com