Suivez-nous twitter facebook
Edition: Global
Cliquez ici pour recevoirnotre newsletter gratuite cliquez ici
Science, R&D

La science de la peau et des cheveux à l’heure de la diversité

La dernière édition des Journées Jean Paul Marty, qui s’est tenue à Paris les 4 et 5 décembre 2018 sous l’égide de la Société française de cosmétologie (SFC), s’est interrogée sur les aspects scientifique du virage inclusif pris par la cosmétique au niveau mondial. Réunis autour du thème « La peau et les phanères du monde », les 170 participants se sont intéressés à la diversité de la peau, des cheveux et des ongles dans le monde, via 26 conférences et de nombreux posters.

Plusieurs modèles cutanés prenant en compte la diversité des caractéristiques de la peau ont déjà été développés (Photo : © Jacob Lund /shutterstock.com)

Plusieurs modèles cutanés prenant en compte la diversité des caractéristiques de la peau ont déjà été développés (Photo : © Jacob Lund /shutterstock.com)

Même si la peau caucasienne reste encore le support principal de nombreuses études scientifiques, l’évolution de la population mondiale réduit sa prévalence, y compris au sein des économies les plus développées.

Mettre à jour les modèles cutanés

Comme le précise Paul Matts, Research Fellow chez Procter & Gamble « en 2050, la peau caucasienne ne représentera que 15% des catégories de peau, alors qu’avec des taux de croissance élevés les populations d’Asie et d’Afrique seront majoritaires. Il devient nécessaire de ne plus considérer la peau caucasienne comme centrale dans les études scientifiques ».

Une évolution d’autant plus nécessaire que, selon les ethnies, les principales caractéristiques de la peau diffèrent. Ainsi, l’étude conduite par Procter & Gamble sur 250 sujets venant de cinq groupes ethniques différents a notamment montré que les Indiens et les latinos avaient davantage de rides que les autres groupes, mais que celles des caucasiens étaient plus profondes donc aussi plus visibles.

Des sociétés ont déjà pris en compte l’évolution de la répartition des ethnies et proposent des modèles adaptés. C’est le cas du Centre International de Développement Pharmaceutique (CIDP), basé à Maurice, qui a mis au point un système de mesure in vivo de l’effet des polluants selon le type de peau. « Les mesures ont démontré que l’effet de la pollution est plus important sur les peaux caucasiennes que sur les peaux africaines », explique Véronique Newton, Responsable du laboratoire R&D au CIDP.

De son côté, BASF a développé un modèle in vitro relatif au cycle cellulaire des sébocytes et a conduit une étude à partir de sébocytes de populations asiatiques et de populations afro-américaine. Les différences observées sont notables.

D’autres sujets sur les ongles, les cheveux et les cils ont été traités avec ce même regard multiethnique.

Chercheurs récompensés

En marge du congrès, comme les années précédentes, la SFC a récompensé plusieurs chercheurs pour leurs travaux en matière de science de la peau et des cheveux.

Le prix du jeune chercheur a été remis à Laura Sabatier de l’Université de Paris-Sud pour son étude démontrant que la forme du follicule pileux est corrélée à la forme du cheveu. Plus le cheveu est frisé, plus la structure du follicule est asymétrique.

Le Dr Marek Haftek, directeur de recherches au CNRS de Lyon a, de son côté, reçu le prix de la SFC pour l’ensemble de ses travaux contribuant à une meilleure connaissance de la peau et de ses fonctions.

En 2019, les Journées Jean Paul Marty se tiendront sur le thème « Peau et âge ».

Voir en ligne : www.jpmarty-days.com

Régine Frick

Portfolio

  • Laura Sabatier, Université Paris-Sud, a reçu le Prix du Jeune Chercheur de la (...)
  • Le Dr Marek Haftek, directeur de recherches au CNRS de Lyon a reçu le prix (...)
© 2019 - Premium Beauty News - www.premiumbeautynews.com
derniers articles
Focus

MakeUp in Paris : Nouveau record de candidatures pour l’arbre de l’innovation

Avec plus de 170 produits candidats pour figurer parmi les produits exposés dans l’Innovation Tree, la prochaine édition du salon MakeUp in Paris - 20 et 21 juin 2019 au Carrousel du Louvre - s’annonce prometteuse. L’Innovation Tree, c’est une sélection des meilleures innovations reçues pour chaque salon (...)

en savoir +
opportunités de carrière
Avis d’experts
Développer des ingrédients écoresponsables : transformer sans dénaturer

Romuald Vallée
Développer des ingrédients écoresponsables : transformer sans dénaturer

C’est une tendance qui ne fait que croître dans tous les domaines, y compris dans l’industrie cosmétique. L’éco-responsabilité est devenue un élément majeur dans le processus d’achat des consommateurs qui souhaitent que leurs choix aient un impact positif sur la société et l’environnement. Le business « vert », souvent interprété comme une « (...)

en savoir +

Rubriques

Nous utilisons des cookies pour une meilleure expérience de navigation. En poursuivant sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus et paramétrer les cookies
fermer