Face à la transformation des attentes des consommateurs, les fabricants d’emballages plastiques s’engagent massivement dans l’économie circulaire. Conduite à un rythme accéléré, cette transformation ne se fait pas sans difficultés ! C’est en tout cas ce qui ressort de l’enquête sectorielle conduite par ELIPSO, l’association professionnelle représentant les fabricants d’emballages plastiques et souples en France, auprès de ses adhérents.

Près de 60% des adhérents de l’association ont répondu au questionnaire. Selon ELIPSO, ces entreprises représentent plus d’un million de tonnes d’emballages plastiques produits, soit près de la moitié des emballages plastiques mis sur le marché français chaque année. Les résultats « illustrent parfaitement les efforts du secteur et le virage écologique enclenché afin de mettre en place une nouvelle économie des plastiques », pointe Françoise Andres, Présidente d’ELIPSO.

En effet, l’enquête confirme la mutation en cours dans l’origine des matières premières utilisées, avec une utilisation croissante de plastique recyclé et de matières biosourcées. Ainsi en 2019, trois sources de matières premières sont utilisées pour fabriquer les 2,2 millions de tonnes d’emballages plastiques mises sur le marché français chaque année :

- 82% des matières premières sont vierges (contre 86% l’année précédente soit une baisse de 5%),
- 14,5% sont d’origine recyclée (contre 12% l’année précédente, en hausse de 20%) soit 320.000 tonnes de plastiques recyclés,
- 3,5% sont d’origine biosourcée (contre 2% l’année précédente, en hausse de 80%) soit 79.000 tonnes de plastique biosourcé.

Ce sont les films PEBD qui incorporent le plus de matière plastique recyclée puis les emballages en PET (bouteilles ou barquettes).

Dans un tel contexte, ELIPSO considère que seul l’accroissement des capacités de collecte sur l’ensemble du territoire est à même de répondre à la demande d’incorporation accrue de matière recycléepour l’ensemble des emballages plastiques. L’association prend ainsi position en faveur de l’amélioration des consignes de tri.

En vue de la maximisation des taux de collecte des emballages, ELIPSO s’accorde sur quatre actions dont la mise en œuvre simultanée serait positive :

- Harmoniser le schéma de tri au niveau national pour accélérer l’extension des consignes de tri à l’ensemble du territoire avant le 31 décembre 2022.
- Déployer une consigne bouteille plastique en vue de leur recyclage.
- Mettre en place une collecte séparée des biodéchets sur tout le territoire et d’un compostage industriel.
- Maintenir les dispositifs volontaires de collecte déjà mis en place pour les emballages industriels et commerciaux (REP industrielle et commerciale volontaire), comme prévu dans la loi issue du Sénat.

Par ailleurs, ELIPSO ajoute que ces mécanismes doivent aller de pair avec un accès au gisement des matières recyclées pour l’ensemble des fabricants d’emballages afin de pouvoir répondre aux demandes croissantes d’incorporation.

L’association professionnelle souligne également que, si elle est générale, cette transition écologique ne se fait pas sans difficulté. Ainsi, 40% des entreprises sondées déclarent voir leur chiffre d’affaires 2018/2019 impacté par le climat antiplastique (contre 20% l’année précédente). Seuls 5% des entreprises voient leur chiffre d’affaires progresser.

C’est pourquoi, ELIPSO met également en garde contre les mesures contre-productives que pourraient être des interdictions ou des obligations de substitution.