72% des femmes espagnoles (contre 62% des femmes dans le monde) affirment...

72% des femmes espagnoles (contre 62% des femmes dans le monde) affirment utiliser peu de maquillage et préférer un look plus naturel

Selon la dernière étude de Kantar en matière de beauté [1], 72% des femmes espagnoles (contre 62% des femmes dans le monde) affirment utiliser peu de maquillage et préférer un look plus naturel. Cela se traduit par une baisse à long terme des ventes de maquillage, tandis que les produits hydratants pour le visage - qui aident la peau à paraître en bonne santé - sont ajoutés aux routines beauté.

Toutefois, les comportements varient selon les âges. Le groupe le plus jeune, les 17 à 24 ans, associe l’idée d’un look plus naturel à un look soigné. Pour cela, elles utilisent, dans cet ordre : des produits de maquillage tels que des poudres, des anticernes et des fonds de teints. En revanche, les femmes plus âgées préfèrent ne pas se maquiller le visage et mettre en avant leur beauté naturelle.

Kantar note par ailleurs que la tendance du look naturel en Espagne parvient à coexister avec d’autres tendances apparemment contraires, telles que les coiffures très élaborées et le nail art. Le nombre de personnes utilisant des services de manucure professionnels, par exemple, a augmenté de 4 points de pourcentage au cours de la dernière année.

Du côté des hommes…

L’autre tendance qui prend rapidement de l’ampleur en Espagne est la croissance du marché de la beauté et de l’hygiène masculine. Selon Kantar, 34% des hommes espagnols se disent bien informés sur les dernières tendances en matière de soins cosmétiques, soit 10 points au-dessus de la moyenne européenne. Le résultat est que les hommes représentent désormais 4 cas sur 10 d’utilisation hebdomadaire de produits cosmétiques. La moitié des hommes à ce niveau de consommation ont entre 25 et 54 ans.

Côté ventes, l’industrie a légèrement rebondi au cours de l’année dernière, avec une facturation en hausse de 1,3% par rapport à 2018, mais 14% en deçà du niveau d’y a dix ans. Toutefois, le trafic en points de vente reste au point mort.