Selon le Global Natural Care Market Report publié par Kline, le marché mondial de la cosmétique naturelle bénéficie d’un taux de croissance à deux chiffres et représentait un volume de 23,1 milliards de dollars en 2010 (contre 20,1 milliards en 2009). La société d’études, qui a présenté les principaux traits quantitatifs du marché nord-américain au cours du Natural Beauty Summit, précise que la croissance du seul marché américain devrait représenter 5,8 milliards de dollars de chiffre d’affaires d’ici 2016.

Nancy Mills, Consumer Industry Manager, chez Kline, attribue le dynamisme du secteur des cosmétiques naturels à la sensibilisation sans cesse croissante des consommateurs vis-à-vis des enjeux sanitaires, environnementaux, et de développement durable. « Ces motivations sont quasi universelles, mais leur influence varie considérablement selon les marchés,  » observe-t-elle. « En Europe occidentale, les consommateurs sont davantage sensibilisés et font preuve de plus d’intérêt pour les ingrédients, les pratiques éthiques et durables, et nombreux sont ceux qui savent éviter les produits qui n’ont de naturel que le positionnement.  »

Plongée dans les réglementations

À cet égard, les certifications par des tierces parties jouent un rôle beaucoup plus important en Europe occidentale qu’aux États-Unis où les consommateurs et les fabricants semblent tout à fait perplexes face à la profusion des référentiels privés.

Une possible clarification pourrait venir de l’Organisation internationale de normalisation (ISO), qui travaille actuellement sur une norme consacrée aux produits cosmétiques naturels et biologiques. Farah Ahmed, Vice President - Associate General Counsel du Personal Care Products Council, la principale organisation représentant l’industrie américaine des cosmétiques, a conclu la session du Natural Beauty Summit consacrée aux réglementations en expliquant que l’ISO travaille principalement à définir ce que sont des cosmétiques et des ingrédients cosmétiques naturels et biologiques et à élaborer les critères techniques correspondants. Toutefois, Farah Ahmed, qui a été nommée coordonnatrice du groupe Emballage, étiquetage et marquage au sein du Comité technique 217 de l’ISO en 2009, est restée très prudente sur la portée exacte de la future norme.

S’exprimant lors du Sustainable Cosmetics Summit, qui avait lieu à la fin de la même semaine, Wendy McLain de PCC Natural Markets a estimé qu’en l’absence de normes américaines pour les cosmétiques naturels et biologiques, c’est aux détaillants qu’il incombe d’éduquer les consommateurs. Sa société utilise des lettres d’information, de l’échantillonnage en magasin et les techniques de merchandising pour informer les consommateurs sur sa gamme de cosmétiques naturels.

Questions de mesures et d’emballages

En comparaison avec le Natural Beauty Summit, le Sustainable Cosmetics Summit a été plus axé sur la présentation des meilleures pratiques, des points de vues et des différentes solutions techniques expérimentées par les industriels. Moins de temps a été consacré à la description du marché et des comportements des consommateurs. Les deux messages clés qui sont ressortis des présentations sont la nécessité de techniques de mesure plus efficaces et plus précises pour mesurer l’impact environnemental, ainsi qu’un taux d’adoption croissant des emballages durables.

Sustainable Cosmetics Summit, 2012

Sustainable Cosmetics Summit, 2012

En ce qui concerne la mesure de leur impact sur l’environnement, bien que de nombreuses entreprises aient recours à l’analyse de cycle de vie, les divergentes méthodologiques, le manque de données normalisées et des difficultés dans l’analyse des formulations cosmétiques empêchent une mesure réellement précise.

Concernant les questions d’emballage, qui, selon Intertek, représentent un tiers des déchets en décharge, plusieurs intervenants ont souligné l’importance de l’éco-conception dans la réduction de leur impact. Les innovations dans le recyclage des emballages et le potentiel de bio-plastiques et de nouveaux matériaux ont également été mis en avant.

Après le succès de cette édition nord-américaine, Organic Monitor, l’organisateur du Sustainable Cosmetics Summit a annoncé son intention de tenir sa première édition en Amérique latine du 25 au 27 septembre 2012 à Sao Paulo, au Brésil.

Quant à la prochaine édition du Natural Beauty Summit Europe, elle aura lieu les 10 et 11 septembre 2012 à Paris.