Suivez-nous twitter facebook
Edition: Global
Cliquez ici pour recevoirnotre newsletter gratuite cliquez ici
Sociétés & industrie

Dario Ferrari, Intercos : « Seule compte notre capacité d’anticipation et d’innovation »

360 millions d’euros de chiffre d’affaires à la fin de cette année à comparer aux 310 millions de l’année précédente, la dynamique Intercos aura encore joué en 2013. « Et elle ne faiblira pas en 2014, » explique Dario Ferrari, son patron. « Car nous sommes sortis renforcés des cinq années difficiles que le secteur a subi en misant à la fois sur la globalisation accélérée du groupe, en continuant d’investir et, surtout, en innovant. »

Dario Ferrari, Intercos

Dario Ferrari, Intercos

L’innovation, plus qu’un simple mot, une véritable philosophie au quotidien pour chacune des composantes de ce Groupe dont la réputation en la matière n’est plus à faire. « Évidemment, il faut savoir le faire à bonne escient, » confie Dario Ferrari. « Innover, c’est d’abord le résultat concret d’une bonne anticipation de la demande des consommateurs. C’est d’ailleurs toute la difficulté. Comment débusquer et conceptualiser correctement les tendances de fond aux quatre coins d’une planète où les goûts et les couleurs sont différents. Il faut aller au delà de la simple innovation sur les matières. Cela touche pour une bonne part à la psychologie, au culturel. Nous y travaillons. »

Pour le numéro un d’Intercos, « outre la vision du marché, seule compte la capacité d’anticipation et d’innovation, mais aussi l’accroissement des compétences au sein de l’entreprise ainsi que la réponse industrielle. »

S’adapter constamment aux changements du marché !

Une réponse industrielle qui se traduit, entre autres, aujourd’hui concrètement par le démarrage effectif de l’usine du Brésil d’une surface de production de 10 000 m2 qui fabrique toute la gamme (poudres, rouges à lèvres, émulsions etc.), mais aussi par le doublement de la surface de production de l’usine chinoise du Groupe (+ 12 000 m2).

« Des choix industriels qui passent aussi par des décisions souvent difficiles, » explique Dario Ferrari, « mais qui sont guidés essentiellement par l’évolution de la demande. C’est l’exemple récent du transfert de notre activité crayons d’Europe vers l’Asie. Les stratégies industrielles ne sont pas une science exacte et immuable. Car la plus grande qualité d’un industriel reste son adaptation rapide aux changements du marché. Ce qui était vrai hier peut l’être moins aujourd’hui et totalement différent demain. Aujourd’hui la tendance du marché nous pousse à investir globalement y compris, par exemple, dans le développement et la production de packagings, en particulier en Asie. »

À suivre...

Jean-Yves Bourgeois

© 2013 - Premium Beauty News - www.premiumbeautynews.com
derniers articles
Focus

MakeUp in Los Angeles et Luxe Pack Los Angeles ouvrent leurs portes aujourd’hui

Les deux événements ouvriront officiellement leurs portes les 11 et 12 février au Los Angeles Convention Center. MakeUp in Los Angeles, est dédié aux produits de beauté et cosmétiques, aux tendances et à la formulation, tandis que Luxe Pack Los Angeles se concentre sur les solutions d’emballage de luxe et haut de gamme pour parfums et (...)

en savoir +
opportunités de carrière
Avis d’experts
Le bouquet floral revient sur le devant de la scène

Émilie Coppermann
Le bouquet floral revient sur le devant de la scène

Tout comme la mode est un éternel recommencement, la parfumerie fonctionne également par cycles. Et la floralité ne déroge pas à la rêgle. Essence de la féminité, elle revient aujourd’hui moins invasive que dans les années 80, comme c’était le cas par exemple avec Poison de Christian Dior. À la fin des années 90, les floraux ont alors laissé (...)

en savoir +

Rubriques

Nous utilisons des cookies pour une meilleure expérience de navigation. En poursuivant sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus et paramétrer les cookies
fermer