Du 14 au 25 septembre, Cinquième Sens inaugure sa Creative Week, sur le thème de la lumière. Un rendez-vous annuel que l’agence de création, de conseil et de formation olfactive entretient depuis 2016, afin de mettre en scène la créativité de ses parfumeurs. Une manière d’affirmer que Cinquième Sens maîtrise autant l’art de la création que l’expertise de la formation.

La Creative Week a vu le jour en 2016, quarante ans après la fondation de la maison par le parfumeur indépendant Monique Schlienger. Une sorte d’hommage créatif qui, depuis quatre ans, explore des horizons variés (Green Week, African Week, Kitsch Week…), comme le font les collections des maisons de composition.

Cette fois-ci, Cinquième Sens célèbre la joie de vivre et la pureté, avec sa Bright Week. Une thématique imaginée au début de l’année, mais qui semble - sixième sens oblige - tout droit sortie du confinement. Comme pour épouser cette quête de lumière et d’oxygène qui nous anime, cette envie de s’alléger d’une année compliquée. Mais si ce thème fait sens actuellement, « il flottait déjà dans l’air cet hiver, à travers des tendances très “nature”, où l’on retrouve des teintes beige, taupe, des dégradés d’une même couleur, à l’opposé du côté très marqué du kitsch, abordé l’an dernier », explique Isabelle Ferrand, présidente de la maison.

L’équipe féminine de parfumeurs de Cinquième Sens a donc brodé autour de l’idée de la transparence et de l’élévation. Une collection pensée comme un parcours initiatique qui nous mène des terres obscures jusqu’aux cieux, rythmé par des jeux de matières et de contrastes.

Un thème pluriel, riche en interprétations, qu’Alice Dattée a par exemple abordé sous la forme d’un triptyque nous élevant de l’ombre à la lumière. Des notes sombres, terreuses, à la clarté douce et nacrée d’un matin printanier.

Refléter la lumière en parfumerie, c’est aussi jouer, pour Isabelle Ferrand d’effets de matières et de textures, pour travailler des facettes mates ou brillantes. Deux visages d’un même bois, vus sous un jour différent. Ou encore évoquer la spiritualité, autour de différents supports (bougie, diffuseur, parfum), comme pour revenir aux origines ancestrales du parfum (per fumum, par la fumée). Un prisme qu’a esquissé Camille Leguay à l’aide de touches boisées, florales mais aussi liquoreuses, une de ses spécialités, soulignant ainsi l’expertise de Cinquième Sens dans la création et le conseil auprès de maisons de spiritueux.

Enfin, la lumière, c’est aussi celle qui délaisse la terre pour nous porter au ciel, inspirant à Veronika Rebeka Csatlovszky-Nagy un travail autour de l’espace, à travers deux compositions incarnant le soleil et la lune. Une écriture originale, tour à tour sensuelle, gourmande et abstraite. Quatre parfumeurs, quatre visions de la pureté et de la lumière : un exercice inspirant pour les marques qui viennent aussi y piocher de nouvelles pistes.

Comme chaque année, Cinquième Sens s’entoure de partenaires pour mettre en scène cette semaine dédiée à la créativité. Le design a été confié à Junior Fritz Jacquet , dont le travail autour du papier de soie blanc restitue joliment cette impression de lumière. La maison s’est aussi adressée à Quadpack pour les flacons, et à ’“Aux belles fleurs” pour les touches olfactives. On retrouve, enfin, le savoir-faire d’Accords et Parfums pour les matières premières.

À noter que, pour des raisons sanitaires liées au Covid-19, cette “Bright Week” se déroulera exceptionnellement sur deux semaines afin de recevoir les invités en comité restreint. Raison de plus pour prendre le temps de mettre un peu de lumière sur cette rentrée en découvrant les créations de l’équipe.

Bright Week, Cinquième Sens
18 rue de Monttessuy, 75007 Paris

14 au 25 septembre 2020

Événement sur réservation à l’adresse suivante : creation@cinquiemesens.com