La tendance des coiffures afros naturelles et le retour aux bases de soin des cheveux stimule la croissance du marché des produits capillaires destinés aux afro-américains.

Selon l'étude, 40% des personnes interrogées ont déclaré que garder des cheveux...

Selon l’étude, 40% des personnes interrogées ont déclaré que garder des cheveux sains était une priorité pour elles. (Photo : © PeopleImages / Istock.com)

Selon le cabinet d’études de marché Mintel, les achats de shampooings par les consommateurs afro-américains ont augmenté de 13% entre 2015 et 2017. Ce segment représenterait actuellement environ 19% du marché. La tendance devrait se poursuivre cette année, le marché des shampooings pour afro-américains devrait atteindre environ 473 millions de dollars en 2017, soit la plus forte croissance en pourcentage observée dans cette catégorie depuis les cinq dernières années. Les ventes d’après-shampooings, qui représentent actuellement environ 19% du marché, devraient progresser de 3,5% cette année pour atteindre environ 491 millions de dollars américains.

Dans le même temps, les ventes de produits lissants ont baissé de 36,6% entre 2012 et 2017.

« Le fait de porter des cheveux naturels, sans produit lissant, est la norme pour la plupart des consommateurs noirs, en particulier chez les jeunes, les consommateurs à la mode qui adoptent différents styles appropriés à leur activité professionnelle et à leurs loisirs, » explique Toya Mitchell, Multicultural Analyst chez Mintel, dans un communiqué. « L’envie de cheveux débarrassés des produits chimiques, de cheveux sains et l’existence de nouvelles méthodes pour obtenir des coiffures lisses rendent les produits défrisants inutiles pour de nombreux consommateurs ».

L’étude révèle que 79% des consommateurs ont adopté une coiffure naturelle au cours de la dernière année (jusqu’à mai 2017) et 40% des personnes interrogées ont déclaré que garder des cheveux sains était une priorité pour elles. Un peu moins d’un tiers (29%) évitent les techniques de coiffure jugées néfastes et 52% affirment que leur routine de soins capillaires comporte 3 ou 4 produits.

Dans l’ensemble, Mintel estime que les dépenses des afro-américains en matière de produits capillaires s’élèveront à 2,54 milliards de dollars en 2017, soit une baisse de seulement 0,4% par rapport à l’année précédente.

« Pour les consommateurs noirs conserver une coiffure naturelle n’est plus une tendance émergente, il s’agit plutôt de la voie à suivre », conclut Toya Mitchell.

Pour lire l’étude complète : http://store.mintel.com/us-black-haircare-market-report