Suivez-nous twitter facebook
Edition: Global
Cliquez ici pour recevoirnotre newsletter gratuite cliquez ici
Environnement

Unilever va mettre fin à l’utilisation de microbilles en plastique dans ses cosmétiques

Le groupe Unilever a annoncé qu’il mettait un terme à l’utilisation de microbilles en plastique comme agent « exfoliant » dans l’ensemble de ses produits cosmétiques. Le géant anglo-néerlandais devrait achever se retrait d’ici à 2015.

« La question des particules de plastique dans les océans est un problème important et nous avons reconsidéré l’utilisation de microbilles dans notre portefeuille de produits actuels ou en développement,  » a indiqué Unilever dans un communiqué. Le groupe a pris sa décision à la suite d’une campagne sur le web et d’un appel à l’interdiction de tous les produits cosmétiques contenant des microbilles en plastique émanant d’un groupe d’ONG conduites par The Dutch Plastic Soup Foundation et Stichting De Noordzee (North Sea Foundation).

Cause majeure de pollution marine

Selon la Plastic Soup Foundation, de nombreux produits cosmétiques - tels que les gommages pour le corps, les dentifrices, les nettoyants pour le visage ou les cheveux - contiennent des microbilles en plastique qui sont emportées dans les réseaux d’eau après utilisation contribuant ainsi à la « soupe de plastique », l’augmentation de la concentration en particules plastiques en suspension dans les eaux océaniques. « Ces déchets ont presque la même taille que le plancton et les espèces marines ne sont pas en mesure de distinguer ces micro-plastiques de leurs aliments. De plus, ces microbilles concentrent également des polluants organiques persistants (POP) et sont donc un vecteur de pollution chimique toxique dans l’environnement marin. Le poisson que vous mangez a peut-être été empoisonné par cela,  » précise l’organisation.

Mer de déchets plastiques © The Plastic Soup Foundation

Mer de déchets plastiques © The Plastic Soup Foundation

De fait, les particules de plastique sont une source croissante de pollution des eaux. Elles proviennent des microbilles contenues dans les cosmétiques ainsi que des produits de dégradation des déchets plastiques. Il est toutefois difficile de déterminer avec précision l’origine de ces microparticules mais il est peu probable que les produits cosmétiques soient la principale source de pollution, en particulier par rapport aux déchets d’emballages plastiques.

Dans tous les cas, la vie marine est gravement menacée par ces petits morceaux de plastique qui ont souvent été retrouvés dans le tube digestif de divers animaux marins, où ils peuvent causer des dommages physiologiques directs ou libérer des polluants chimiques tels que du dichlorodiphényldichloroéthylène (DDE) ou des polychlorobiphényles ( PCB).

Largement utilisées dans les cosmétiques

Les microsphères en plastique ont de nombreuses utilisations dans l’industrie cosmétique au sens large. Selon Cospheric, l’un des principaux producteurs de microsphères colorées, elles peuvent être utilisées comme agents exfoliants, mais aussi comme agents porteurs d’ingrédients actifs ou réfléchir la lumière de manière à réduire l’apparence des rides et ridules. « Elles créent également un effet de roulement à billes dans les crèmes et lotions avec pour résultat une sensation de luxe et de douceur soyeuse. »

The Plastic Soup Foundation et Stichting De Noordzee ont trouvé des microbilles dans au moins 23 produits d’Unilever et en ont publié la liste sur Facebook et sur Internet.

Il est difficile de savoir si les microbilles contenues dans les cosmétiques peuvent être filtrées les procédés derniers cris de purification de l’eau. Peu de stations d’épuration sont correctement équipées et ce n’est généralement pas le cas dans les pays émergents tels que la Chine, l’Indonésie et le Brésil où les entreprises cosmétiques réalisent une part croissante de leurs revenus. « Les produits contenant des microbilles rejoignent alors presque certainement la soupe de plastique,  » explique Maria Westerbos de la Plastic Soup Foundation.

Le groupe Unilever a déclaré qu’il éliminerait toutes les microbilles contenues dans ses produits cosmétiques vendus aux Pays-Bas dès mi 2013 et qu’il ferait de même pour le reste du monde d’ici 2015.

« Nous félicitons Unilever pour avoir pris cette décision importante. Le groupe, qui est fier de son bilan en matière de durabilité, a en effet mis en accord ses paroles et ses actes. Nous comprenons très bien que Unilever ne puisse du jour au lendemain cesser d’utiliser des microbilles dans ses produits  », a déclaré Maria Westerbos.

Vincent Gallon

© 2013 - Premium Beauty News - www.premiumbeautynews.com
derniers articles
Focus

MakeUp in Los Angeles et Luxe Pack Los Angeles ouvrent leurs portes aujourd’hui

Les deux événements ouvriront officiellement leurs portes les 11 et 12 février au Los Angeles Convention Center. MakeUp in Los Angeles, est dédié aux produits de beauté et cosmétiques, aux tendances et à la formulation, tandis que Luxe Pack Los Angeles se concentre sur les solutions d’emballage de luxe et haut de gamme pour parfums et (...)

en savoir +
opportunités de carrière
Avis d’experts
Le bouquet floral revient sur le devant de la scène

Émilie Coppermann
Le bouquet floral revient sur le devant de la scène

Tout comme la mode est un éternel recommencement, la parfumerie fonctionne également par cycles. Et la floralité ne déroge pas à la rêgle. Essence de la féminité, elle revient aujourd’hui moins invasive que dans les années 80, comme c’était le cas par exemple avec Poison de Christian Dior. À la fin des années 90, les floraux ont alors laissé (...)

en savoir +

Rubriques

Nous utilisons des cookies pour une meilleure expérience de navigation. En poursuivant sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus et paramétrer les cookies
fermer