Le renforcement des restrictions concernant l’utilisation des parabènes avait déjà été annoncé par la Commission européenne pour tenir compte de l’opinion du Comité scientifique pour la sécurité des consommateurs (CSSC/SCCS) recommandant de limiter l’utilisation du butylparabène et du propylparabène à une concentration maximale de 0,19%. Le CSSC avait par ailleurs confirmé l’innocuité du méthyl parabène et de l’éthyl parabène, dans les concentrations actuelles maximales autorisées (0,4%). [1]

Le projet de texte devrait toutefois être partiellement remanié pour intégrer les précisions récemment apportées par le CSSC au sujet de l’innocuité des parabènes dans les produits cosmétiques destinés aux enfants de moins de trois ans. [2]

Selon les informations recueillies par Premium Beauty News, la Commission devrait proposer aux représentant des États membres :

- d’interdire les isopropyl, isobutyl, pentyl, phenyl et benzyl parabènes et leurs sels dans tous les produits cosmétiques. Ces substances peu étant considérées comme ne présentant que peu d’intérêt commercial, les industriels avaient renoncé à les défendre.
- de maintenir la concentration maximale des methyl et ethyl parabènes et de leurs sels à 0,4% (en acide) pour un ester, dans tous les produits cosmétiques.
- d’abaisser la concentration d’utilisation des propyl et butyl parabènes et leurs sels à 0,19% (en ester) seuls ou ensemble et d’interdire leur utilisation dans les produits cosmétiques non rincés destinés au siège pour les enfants de moins de six mois.
- de maintenir à 0,8% (en acide) la concentration d’utilisation dans tous les produits cosmétiques pour les mélanges d’esters autorisés (methyl, ethyl, propyl et butyl).

La Commission suit donc à la lettre les recommandations des scientifiques et fait le choix de la plus grande prudence pour les cosmétiques non rincés appliqués sur le siège des enfants de moins de six mois, seul cas pour lequel le CSSC avait indiqué que des risques ne pouvaient être totalement exclus.

Le projet de texte devrait être discuté les 8 et 9 novembre 2011. En tenant compte des délais de consultation requis, la version finale devrait être adoptée et publiée au Journal Officiel de l’Union européenne au cours du premier trimestre 2012.

Une fois les nouvelles règles publiées, les industriels devraient disposer de 6 à 12 mois de délais pour la mise en conformité de leurs produits.