Fortement touché par les récentes fluctuations du cours rouble, Oriflame a précisé sa stratégie pour limiter l’impact de la dévaluation de la monnaie russe.

Magnus Brännström, Pdg d'Oriflame

Magnus Brännström, Pdg d’Oriflame

La Russie, qui représente environ 30 pour cent des ventes totales du groupe, est le principal marché du groupe Oriflame. Le fabricant suédois de cosmétiques a récemment investi 150 millions d’euros dans un nouveau site de fabrication à Nogins. Le rouble est par conséquent la monnaie qui impacte le plus les ventes et la marge opérationnelle de l’entreprise.

Afin de répondre au récent effondrement du rouble et à la hausse de l’inflation en Russie, Oriflame va « sensiblement accélérer le rythme et le niveau de ses augmentations de prix en Russie au cours de l’année prochaine et va poursuivre ses efforts pour améliorer sa productivité. »

«  Une grande partie de nos ventes étant réalisées en Russie, nous sommes évidemment impactés par la récente dévaluation du rouble. Nous allons poursuivre la mise en œuvre de notre stratégie et régulièrement effectuer les hausses de prix aux niveaux requis pour nous permettre un développement économique sain. Malgré ces difficultés macroéconomiques, je suis heureux de constater que nos ventes en monnaie locale pour le quatrième trimestre demeurent en ligne avec nos annonces antérieures,  » explique Magnus Brännström, le Pdg d’Oriflame.