Pour cette huitième édition, au-delà de l’indice de désirabilité [1] des marques sélectives de maquillage, Promise Consulting Inc. a également mesuré leur notoriété. L’étude a été conduite auprès d’un échantillon représentatif national de 1012 personnes, âgées de 18 ans et plus entre le 19 et le 23 avril 2013.

Chanel (57%), Dior (49%) et les Yves Saint Laurent (11%) composent le trio de tête du classement.

Indice aspirationnel : Les maisons de haute couture « habillent » le visage...

Indice aspirationnel : Les maisons de haute couture « habillent » le visage des Françaises

Les marques sont classées par ordre décroissant de la différence entre la modalité positive (7-6%) et la modalité négative (1-2%). Ainsi le score de désirabilité de Chanel est de 57% (60%-03%).

Prime aux maisons de couture ?

Avec un score de 57%, Chanel supplante la concurrence dans le cadre de cette étude. « Si cette marque mythique sait faire chavirer le coeur des Françaises, cela s’explique tout d’abord par son ADN synonyme de luxe et d’élégance à la française mais également par plus d’un siècle d’histoire. Plus qu’une marque, Chanel fait partie du patrimoine culturel national,  » explique Promise Consulting Inc. dans un communiqué. À cela s’ajoute la pertinence des choix stratégiques et marketing de la marque, qu’il s’agisse du choix de ses égéries ou du développement de lignes inspirées des grands moments glamour du cinéma.

Avec un score de 49%, c’est Dior qui talonne Chanel. La marque phare du groupe LVMH, qui célébrera en 2016 son 70ème anniversaire, capitalise elle aussi sur son histoire. Pour ce printemps, la marque a choisi de rendre hommage au rose, l’une des couleurs fétiches du couturier Christian Dior. Dior fait également la part belle à l’innovation en proposant le « Lip Glow Dior Addict Dior Chérie Bow Edition », un gloss réagissant au taux d’humidité des lèvres ; un axe R&D capital, l’hydratation étant au coeur des préoccupations cosmétiques des femmes.

Yves Saint Laurent Beauté (42%) occupe la troisième place du podium. Intégrée au groupe L’Oréal depuis 2008, la marque a su développer « une politique marketing percutante et cohérente et mise sur la durée.  »

Les parfumeurs à la suite

Avec un score de 41%, Lancôme se classe en quatrième position. La marque, qui appartient à L’Oréal depuis près de 50 ans, souhaite aujourd’hui créer du lien avec sa clientèle, notamment par le bais de son site internet ou de sa page YouTube. La célèbre marque à la rose propose ainsi une page consacrée aux tutoriaux maquillage, clin d’oeil au « do it yourself » qui anime la blogosphère.

C’est Guerlain (39%) qui vient ensuite. La marque du groupe LVMH propose de véritables best-sellers comme la poudre bronzante « Terracotta », le « rouge G » pour les lèvres, la poudre les « Météorites » en perles ou compact, le crayon « khôl » pour les yeux…

L’univers du soin tire son épingle du jeu

« Si les marques de cosmétiques des maisons de haute couture permettent aux Françaises d’accéder à l’univers du luxe, un certain nombre de femmes souhaitent coupler le soin et la beauté à l’occasion d’un achat cosmétique, » explique Promise Consulting Inc.

Ainsi, Clarins (40%) s’accapare la 5ème place de cette étude et Clinique (25%), le 7ème rang.

La niche prometteuse des « pure players »

Les marques spécialistes du maquillage qui visent une clientèle experte, semblent plus en retrait dans le cadre de cette étude. Ainsi, Make Up For Ever (5%) ne figure qu’en 10ème position, avec le taux de notoriété le plus bas du classement (77%).

Selon Promise Consulting Inc., « Make Up For Ever n’en demeure pas moins une société de cosmétiques à fort potentiel de croissance. » Rachetée en 1999 par LVMH, ce pure player du maquillage, initialement dévoué à l’univers du spectacle, tend désormais à toucher le grand public en s’appuyant sur l’aura de sa directrice artistique Dany Sanz, référence dans le microcosme du maquillage.

« À côté des marques de luxe qui tirent toute leur légitimité de leur image dans le prêt-à-porter et le parfum, mais aussi dans la grande qualité de leurs produits, les marques de soin jouent sur une synergie évidente avec leur expertise reconnue dans le domaine de l’hydratation, de l’anti-âge et de la correction des imperfections de la peau. Enfin, les marques professionnelles de maquillage ont su se démarquer grâce à la personnalité de leurs créateurs ou directeurs artistiques et une image décalée et décomplexée du maquillage, » conclut Pr. Philippe Jourdan, associé fondateur de Promise Consulting Inc. et Panel On the Web.