Dans un contexte local encore marqué par un contexte économique difficile et une forte pression sur les prix, l’Innovation Tree où était présentées les dernières innovations était encore une fois au coeur de l’événement.

Parmi ceux-ci on notera :

- le ’Single Twins Eyebrows’, un crayon à deux têtes, l’une pour dessiner et définir le trait de sourcil, l’autre pour le remplir, l’illuminer et le maintenir en place toute la journée, imaginé par Alkos pour répondre à la tendance des sourcils marqués qui est dans l’air depuis quelques temps déjà.
- le ’Miracle Sensation Purple’ un eyeliner crayon ultra-pigmenté de couleur violette développé par Schwan Cosmetics. Très haute tenue (8 heures ou plus), résistant à l’eau et sans paraben, il offre une finition mate.
- de son côté, Faber-Castell a conçu un contour des lèvres magnétique à partir d’une formule en gel pour une finition extra-lisse. Les nuances très pigmentées sont douces et crémeuses à l’application et durcissent en 1 heure pour un effet ’magnétique’ durable (8 heures).
- si la bouche audacieusement maquillée reste tendance, le fabricant de rouges-à-lèvres Weckerle a songé à une alternative : la transparence. Son ’Ph-Antastic Lipstick’ réagit au pH des lèvres à l’application, offrant une couleur adaptée à chaque peau dans une finition haute brillance et cristalline.
- Côté emballages, Qualipac a cherché à remplacer les emballages peu maniables tels que les tubes de mascara, d’eyeliner ou de gloss. Son nouveau produit One Touch dispose d’un mécanisme de pression unique à personnaliser par un grand choix de matériaux et de formes.

Fort potentiel de croissance

Si le marché brésilien des cosmétiques s’est montré particulièrement résistant face à la crise économique qui a frappé le pays à partir de 2014, la concurrence sur ce marché n’a cessé de se renforcer. Les cartes ont été largement rebattues. Natura est ainsi passé de 14,9% de part de marché en 2010 à 11,1% en 2015, tandis que le groupe Boticário, l’autre géant brésilien du secteur, voyait sa part de marché évoluer dans l’autre sens, passant de 6,9% en 2010 à 10,9% en 2015.

« Le groupe Boticário a su anticiper les changements d’habitude de consommation des Brésiliens et transformer ses activités vers un modèle multicanal,  » explique Valeria Grossmann, Directrice générale de l’agence de design Centdegrés au Brésil.

Dans un tel contexte, les participants du salon MakeUp in SaoPaulo ont largement insisté sur le rôle central de l’innovation pour assurer la croissance des marques. Arcade Beauty et Adhespack, deux spécialistes de l’échantillonnage et du pack à usage unique, ont notamment fait part du potentiel de l’échantillon dans un marché de plus en plus numérisé.

Pour Daniel Fernandes de Oliveira, Business Intelligence Manager at ABIHPEC, l’association brésilienne des fabricants de cosmétiques, le maquillage est probablement la catégorie dont le potentiel de croissance est le plus important au Brésil. Le pays représente en effet 50% du marché des cosmétiques en Amérique latine, mais seulement 42% de la consommation de maquillage. « Depuis plusieurs années, les acteurs brésiliens des cosmétiques ont fait preuve de leur capacité à innover tout en contenant la hausse des prix, » précise-t-il. De quoi satisfaire les attentes de consommateurs brésiliens dont le grand intérêt pour les produits de beauté ne semble freiné que par les limites de leur pouvoir d’achat.