L’examen par l’ARPP (Autorité de régulation Professionnelle de la Publicité) de 2459 publicités cosmétiques diffusées en 2015 montre un taux de conformité vis-à-vis des règles déontologiques en nette progression - 98,7% par rapport au précédent bilan réalisé en 2012 sur 2200 publicités (97,5%).

Sur les 2459 publicités examinées, seuls 33 manquements ont donc été relevés (soit 1,3 % du volume total de messages analysés).

L’examen de la conformité des pratiques publicitaires a été effectué sur la base des critères définis par le Règlement européen n° 655/2013 du 10 juillet 2013, à savoir :

- conformité aux lois ;
- véracité ;
- fondement sur des preuves ;
- honnêteté ;
- loyauté ;
- permettre un choix avisé aux consommateurs.

Ces principes sont repris sous une autre forme dans les Recommandations de l’ARPP, et en particulier dans la Recommandation “Produits Cosmétiques”, qui sont les règles déontologiques que doivent respecter les annonceurs.

Les points de non-conformité relevés peuvent être regroupés autour de trois thèmes :

- absence de distinction explicite des résultats émanant de la satisfaction des utilisateurs et de ceux provenant d’études scientifiques,
- revendications anti-âge excessives,
- revendications excédant la définition du produit cosmétique.

Le rapport complet est visible ici.

L’application effective des critères communs définis par la réglementation européenne sera évaluée par la Commission européenne en 2016.