La concurrence entre la beauté et d'autres produits, services, ou même...

La concurrence entre la beauté et d’autres produits, services, ou même expériences s’est accrue. Photo : © Olesia Bilkei / shutterstock.com

La majorité des américaines, 8 sur 10, achètent des produits de beauté, mais une chute de 4% du nombre d’acheteuses en 2014 a porté le nombre de consommatrices à son plus bas niveau depuis 2008, selon l’Annual Beauty Consumer Economic Indicator, la dernière étude de The NPD Group.

« Les attitudes des consommateurs ont changé et la beauté est considérée différemment aujourd’hui par rapport aux années précédentes. Aujourd’hui, il y a davantage de concurrence parmi les marques de produits de beauté et les détaillants, et davantage de concurrence entre la beauté et d’autres produits, services, ou même expériences, telles que les vacances, les spectacles, les dîners, » explique Karen Grant, analyste beauté pour le NPD Group.

Attitudes paradoxales

NPD a conduit une étude au cours du mois de novembre 2014, sur un échantillon représentatif de femmes âgées de 18 ans et plus, identifiées comme acheteuses de produits de beauté. Selon le cabinet d’études de marché, les femmes continuent à exprimer une forte relation émotionnelle vis-à-vis des produits de beauté. Au cours des sept dernières années, l’un des principaux motifs d’achat a été le besoin de se sentir en confiance, suivi de celui de se sentir sexy. Pourtant, la majorité des acheteuses de produits de beauté sont faiblement engagées vis-à-vis de cette catégorie et explique qu’elles font «  régulièrement des efforts sur leur apparence afin de rester un minimum présentables.  »

L’étude révèle une dichotomie importante en ce qui concerne l’attitude des acheteuses de produits de beauté dans le contexte économique actuel. Environ 50% des femmes expliquent que les produits de beauté sont la première chose à laquelle elles renonceraient en cas de problèmes d’argent, mais une proportion presque identique affirme qu’elle continuerait à acheter des produits de beauté dans une telle situation car ils permettent de se sentir mieux. De même, si presque la moitié des femmes explique acheter des produits de beauté en promotion, une autre moitié affirme que le prix n’est pas un élément décisif lors de l’achat de produits de beauté.

Ce paradoxe se retrouve au niveau des différentes catégories de produits. Lorsqu’il s’agit de faire des économies le maquillage et le parfum, perçus comme destinés à des occasions spéciales, sont 1,5 fois plus concernés que les soins pour la peau ou les produits capillaires. Toutefois, si les femmes disposaient de 100 dollars de plus à dépenser en produits de beauté, elles déclarent qu’elles les dépenseraient en maquillage et parfums.

«  De tels contrastes parmi les acheteuses de produits de beauté doivent maintenir l’industrie en alerte et peuvent également être considérés positivement car ils sont source de vraies opportunités,  » ajoute Karen Grant. «  Si l’industrie répond de façon innovante et alléchante aux attentes des consommatrices, ces opportunités se traduiront en croissance en 2015.  »