Dans la continuité de l’édition 2014 du Congrès de l’IFSCC, le Centre européen de dermocosmétologie (CED) a accueilli, le vendredi 31 octobre, dans l’auditorium du musée Gadagne à Lyon, une centaine de participants pour une après-midi scientifique. Les conférences centrées sur l’ingénierie textile et la peau reconstruite ont montré la dynamique des équipes de recherches lyonnaises sur ces sujets. Lyon, dont Jean-Luc Chavent a relaté les secrets historiques et patrimoniaux, recèle une multitude d’entreprises actives dans le domaine des cosmétiques : des matières premières aux produits finis sans oublier les instituts de tests et, bien évidemment, plusieurs organismes de recherche.

Le Docteur Dominique Sigaudo Roussel a présenté ses recherches sur un tissu...

Le Docteur Dominique Sigaudo Roussel a présenté ses recherches sur un tissu biomimétique pour améliorer la cicatrisation

Parmi ces derniers, l’Institut de Biologie et Chimie des Protéines travaille sur des non tissés selon un nouveau procédé de jet spraying qui a l’avantage de donner des fibres plus souples. «  Nos 1ers tests montrent une réduction de l’activité des myofibroblastes dans le processus de cicatrisation, » explique le Docteur Dominique Sigaudo Roussel, venue présenter ses recherches sur un tissu biomimétique pour améliorer la cicatrisation.

Sa consœur Charlotte Primard s’intéresse, quant à elle, aux nanoparticules d’acide polylactique comme système de délivrance des actifs. Le Professeur Hassan Zahouani de l’École Centrale caractérise la peau par des tests de tribologie qui permettent d’atteindre les informations structurelles depuis la surface de la peau jusqu’au derme. « En fonction de l’âge les réponses diffèrent, nous avons une bonne signature de l’état structurel de la peau, » précise-t-il.

D’autres sujets, comme les modèles de peau reconstruite élaborés par le Professeur Odile Damour du Laboraoire des Substituts Cutanés de Lyon, mais aussi les travaux menés par le Laboratoire d’Automatique et de Génie des Procédés et la société Alpol sur des particules biodégradables et biocompatibles pour textiles ont ponctués cette demi journée, une forme de bonus après les trois jours du congrès parisien de l’IFSCC.