La Fragrance Foundation France a récemment dévoilé les résultats de sa nouvelle étude sur les comportements et motivations d’achats de parfums. Initiée il y cinq ans grâce aux datas provenant du vote des internautes aux FIFI Awards, cette analyse des attentes des clients face à l’offre parfum a été pour la première fois cette année confiée aux data scientists de Zettafox pour le traitement des données, ensuite mise en perspective par une experte en marketing et études, Evelyne Redier (HigherTogether). Ce sont les millennials qui ont servi de prisme pour cette étude prospective 2017.

Plus que jamais, la notion de nouveauté est à manier avec subtilité, révèle...

Plus que jamais, la notion de nouveauté est à manier avec subtilité, révèle l’enquête de la Fragrance Foundation France. - Photo : shutterstock.com / © oneinchpunch

« Cette jeune génération, née avec le digital, redessine tous les contours des schémas habituels, notamment ceux du luxe, et oblige les marques à repenser leur offre, au-delà des seuls produits. Elle attend que celles-ci intègrent judicieusement les nouvelles technologies dans des nouveaux lieux de vie et d’expérimentation et qu’elles adaptent leur discours aux nouvelles valeurs sociétales de générosité, d’échange et de partage », affirme Evelyne Redier.

3 enseignements de la Prospective Parfum 2017 :

1. Le temps est une notion essentielle dans le luxe, comme dans celui de la parfumerie : le temps de la recherche et de la création de senteurs nouvelles, celui de la découverte et du choix de son propre parfum.
2. Plus que jamais, la notion de nouveauté est à manier avec subtilité : redonner sens, valeur et contenu à cette notion galvaudée pour relancer l’intérêt des consommateurs.
3. Les « non digital native » : moins familiers avec les nouvelles technologies, ils ne demandent qu’à être séduits au travers de nouvelles expériences multi-sensorielles et de services plus en phase avec leurs attentes.

Pour Zettafox, dont l’algorithme a permis d’aller plus loin dans la compréhension des phénomènes et des comportements, cette étude apporte un autre éclairage. « Contrairement aux idées reçues, les Millenials ne constituent pas une entité homogène à opposer aux autres. Ils ont leurs paradoxes et leurs contradictions. Ce sont aujourd’hui des micro-ensembles plus ouverts et pragmatiques. On ne peut plus simplement les caractériser par le prisme “socio-démo“ mais plutôt par des comportements d’usages et d’habitudes d’achat qui touchent désormais le luxe », estime Marc Atallah, co-fondateur de Zettafox.