Bas Schneiders

Bas Schneiders

Premium Beauty News - Weleda est bien connu pour ses produits de santé et de beauté naturels. Comment naturalité rime-t-elle avec durabilité chez vous ?
Bas Schneiders - En fait, tous les deux sont étroitement liés. Le développement durable fait partie intégrante de notre ADN, il est le point de départ de l’identité de notre d’entreprise et il va de pair avec notre stratégie et nos valeurs. Ce qui signifie que la façon dont nous gérons notre entreprise doit être à la fois cohérente avec le message véhiculé par nos produits et répondre aux attentes de nos clients. Néanmoins, il est vrai qu’être naturel ne signifie pas automatiquement être durable. C’est la raison pour laquelle nous avons mis en place un ensemble d’objectifs de développement durable pour guider notre entreprise : le sourcing écologique et la biodiversité, le commerce équitable, la neutralité climatique, le packaging durable, la gestion de l’eau, et la communication.

Premium Beauty News - C’est aussi la raison pour laquelle vous êtes devenu un membre de l’Union pour le bio commerce éthique (UEBT) ?
Bas Schneiders - Dans la mesure où l’approvisionnement écologique et la biodiversité sont des éléments primordiaux de notre stratégie de développement durable, devenir membre de l’UEBT était de toute évidence une démarche logique. L’UEBT joue un rôle clé en matière de sensibilisation du public et des entreprises sur des questions telles que l’approvisionnement éthique et durable. Comme nous n’utilisons que des ingrédients naturels, la biodiversité est la source de notre activité, et nous ne pouvons pas nous permettre d’avoir un impact négatif sur elle. C’est la raison pour laquelle je considère que la protection de la biodiversité fait partie de notre business model.

Premium Beauty News - Quid du commerce équitable ?

Bas Schneiders - Le commerce équitable est un moyen de partager nos valeurs avec nos fournisseurs. La difficulté avec le commerce équitable, c’est qu’il y a un grand nombre de normes, d’organismes certificateurs et de labels. Il en résulte qu’il est parfois un peu complexe de fournir une information claire aux consommateurs. En particulier pour une société productrice de cosmétiques qui utilise des centaines d’ingrédients ! De ce point de vue, la norme de l’UEBT est très intéressante et pratique. C’est un outil de gestion très intéressant pour la vérification de toutes nos chaînes d’approvisionnement en ingrédients naturels.
Nous avons actuellement en cours plus de 50 partenariats et projets avec des fournisseurs du monde entier. Travailler sur le long terme tout en évitant les actions ponctuelles est quelque choses de bénéfique pour toutes les parties prenantes. C’est pour nos fournisseurs une garantie, et pour nous, un moyen de sécuriser notre chaîne d’approvisionnement. Dans un contexte de hausse des prix des matières premières et de marchés spéculatifs, ces partenariats sont également intéressants d’un point de vue économique.

Premium Beauty News - Pourquoi la chaîne d’approvisionnement est-elle si importante dans votre stratégie de développement durable ?

Bas Schneiders - Parce que tout commence avec la qualité des ingrédients et parce c’est un facteur clé dans la transparence que les consommateurs attendent de nous. Tous les ingrédients que nous utilisons doivent être organiques ou se conformer aux normes écologiques et sociétales strictes. Nous contrôlons et évaluons tous nos fournisseurs à la source. Par exemple, lorsque nous achetons de l’huile de sésame, nous contrôlons nos fournisseurs, mais aussi les producteurs en amont.

Premium Beauty News - Mais votre stratégie ne se limite pas à l’approvisionnement en ingrédients biologiques et équitables ?
Bas Schneiders - Comme je l’ai précisé plus haut, certains des autres facteurs clés sont la neutralité climatique, le packaging durable, et, la gestion de l’eau.
En ce qui concerne le changement climatique, nous analysons soigneusement l’impact environnemental de notre chaîne d’approvisionnement et développons un programme visant à réduire notre empreinte carbone. Notre objectif final est de devenir « neutre » en matière de carbone, par exemple en n’utilisant que de l’énergie verte dans nos usines de production et nos bureaux. Là où il n’est pas possible d’avoir une empreinte carbone neutre, nous cherchons à compenser le reste.
L’emballage est un autre domaine important avec un fort impact environnemental. Nous travaillons dans trois directions différentes afin de réduire cet impact : la réduction en matière de volume et de poids des matériaux d’emballage, l’accroissement de l’utilisation de matériaux recyclables, et enfin une refonte de nos emballages (cradle to cradle - du berceau au berceau).


Finalement, nous avons identifié l’utilisation et la gestion de l’eau comme un autre point clé en matière de durabilité. Bien que ce sujet sur le développement durable des entreprises ne fasse pas pour l’instant l’objet de discussions, nous pensons qu’il va rapidement prendre de l’importance dans les priorités du futur. L’approvisionnement en eau est un réel problème à l’échelon mondial. Notre objectif principal est de réduire l’impact de la consommation en eau de notre chaîne d’approvisionnement, par exemple par la mise en place de meilleurs dispositifs de gestion de l’eau dans nos propres locaux et en aidant aussi nos fournisseurs à améliorer leurs performances dans ce domaine.

Premium Beauty News - Est-ce qu’être performant en matière de durabilité représente un véritable avantage concurrentiel ?
Bas Schneiders - Pour une entreprise comme Weleda il n’y a aucun doute à ce sujet. Nos consommateurs ont des attentes très élevées dans ce domaine. Dans un contexte où de nombreuses sociétés du secteur des cosmétiques cherchent à améliorer leurs performances environnementales par le verdissement de certaines parties de leurs activités, les consommateurs attendent de nous ni plus ni moins que nous demeurions des leaders en matière de durabilité. En fait, il y a sur le marché très peu d’entreprises ayant des ambitions similaires aux nôtres.