Jean-Luc Ansel, directeur de la Cosmetic Valley

Jean-Luc Ansel, directeur de la Cosmetic Valley

Le pôle de compétitivité basé à Chartres a donc franchi le pas. Les 15 et 16 octobre 2015 devrait se tenir au Carrousel du Louvre, à Paris, un nouveau salon dédié à l’innovation et à la recherche et développement cosmétiques.

«  Cela fait longtemps que les industriels nous disent qu’il manque un salon de référence à Paris, un événement qui soit à la hauteur de la réputation et de la qualité des produits cosmétiques français,  » explique Jean-Luc Ansel, directeur de la Cosmetic Valley. En clair, les salons parisiens actuels ne répondraient pas entièrement aux attentes de la filière cosmétique. « À mon sens, c’est un problème de positionnement. Il faut un salon qui illustre le savoir-faire français en cosmétique, qui soit centré sur l’innovation, les tendances et la recherche,  » poursuit-il.

Intitulé Cosmetic 360, ce nouvel événement sera donc centré sur l’innovation sous toutes ses formes : innovations produits, innovations packaging, mais aussi innovation dans les services et innovation marketing. « Tout ce qui concourt à la réussite de la filière cosmétique, avec un accent particulier sur l’open innovation et l’outsourcing, » précise Jean-Luc Ansel.

3000 m2 et plus de 100 exposants

La Cosmetic Valley a déjà réservé 3000 m2 au Carrousel du Louvre, au cœur de Paris et attend entre 100 et 150 exposants pour la première édition. Le salon sera ouvert à toutes les sociétés de la filière cosmétique qui ont des innovations à présenter, qu’il s’agisse de fournisseurs d’ingrédients ou de packaging, de sociétés de full-service ou même de prestataires de recherche, que ces sociétés soient françaises ou internationales, membres de la Cosmetic Valley ou non. La date a été choisie pour que Cosmetic 360 s’inscrive dans le prolongement de COSM’innov, l’événement scientifique et académique organisé tous les deux ans à Orléans.

« Notre volonté n’est pas de faire un grand salon, mais un salon qualitatif, pointu et de bonne tenue, nous serons sélectifs sur le choix des exposants,  » explique le directeur du pôle de compétitivité. « À terme, notre objectif est que, dans le monde entier, toutes les sociétés à la recherche d’innovation dans le secteur des cosmétiques sachent que c’est ici qu’elles la trouveront.  »

Partenaires internationaux

Pour réussir ce lancement, la Cosmetic Valley compte notamment s’appuyer sur son réseau de partenaires internationaux. Le Japan Cosmetic Center (JCC), et le Polo Tecnologico della Cosmesi, en Italie, auraient déjà donné leur accord. Les partenaires du pôle en Colombie et au Québec ont également été sollicités. En France, la Cosmetic Valley s’efforce de rassembler la profession autour de son projet (la FEBEA et la Société Française de Cosmétologie font partie de son conseil d’administration), mais compte tenu des délais serrés, le pôle de compétitivité a choisi d’avancer sans attendre. Autre atout, le soutien de certains géants français des produits cosmétiques qui souhaitent mettre en avant l’excellence de leur recherche.

« Il s’agit véritablement d’un nouveau concept de salon. Nous avons réfléchi à un positionnement adapté et ouvert à la fois aux grands groupes souhaitant communiquer sur leurs projets de recherches et intéressés par l’open innovation et aux PME souhaitant présenter leurs technologies. Il y aura bien évidemment un solide programme de conférences, mais aussi des rendez-vous B2B préalablement organisés, » conclut Jean-Luc Ansel.

Un marché encombré

Reste maintenant au concept Cosmetic 360 à convaincre de sa pertinence alors que le calendrier des événements est déjà bien chargé. Les concurrents sont en effet nombreux. Programmés du 15 au 17 septembre 2015, Cosmeeting et Creative Paris continuent de miser sur la synergie marques-fournisseurs. Informa, leur organisateur, a récemment reconstitué ses équipes maintenant pilotées par Claudia Bonfiglioli. De son côté, le salon Luxe Pack, qui se tiendra à Monaco à peine deux semaines après Cosmetic 360, semble indétrônable sur le secteur de l’emballage de prestige. Quant à PCD (4 et 5 février 2015 pour la prochaine édition), il revendique déjà le statut de salon de l’innovation du packaging et des systèmes de distribution cosmétiques. À suivre.