Le géant français des cosmétiques L’Oréal a dévoilé cette semaine au salon électronique grand public (CES) de Las Vegas un capteur électronique flexible permettant de mesurer le niveau d’exposition aux rayons ultraviolets, qui sera commercialisé sous sa marque dermatologique La Roche-Posay.

My UV Patch de L'Oréal Paris. © L'Oréal Paris

My UV Patch de L’Oréal Paris. © L’Oréal Paris

Large d’à peine quelques centimètres carrés et pas plus épais qu’un cheveu, ce circuit électronique imprimé sur un film adhésif, souple et transparent, contient des colorants photosensibles qui changent de couleur selon le niveau d’exposition au soleil en temps réel, selon un communiqué de L’Oréal. Les utilisateurs pourront alors prendre une photo du patch et la transmettre à l’application My UV Patch de La Roche Posay (disponible sur les plateformes iOS et Android), pour recevoir une analyse précise et des conseils.

La commercialisation de ce patch, étanche et pouvant être porté jusqu’à cinq jours d’affilée, est attendu dans le courant de cette année.

«  Les technologies précédentes, circuit rigide et non transparent, indiquaient aux consommateurs uniquement la quantité de rayons UV reçue en une heure,  » explique dans le communiqué Guive Balooch, vice-président de l’incubateur Connected Beauty de L’Oréal, qui a développé ce patch dans la Silicon Valley en partenariat avec l’entreprise MC10, spécialisée dans l’électronique flexible.

L’Oréal a l’intention d’explorer les nombreuses applications potentielles de l’électronique flexible pour le secteur cosmétique, mais aussi pour d’autres industries, précise-t-il.

L’exposition aux rayons ultraviolets, qui augmente notamment le risque de développer des cancers de la peau, est devenu un enjeu majeur de santé publique dans de nombreux pays, en particulier en Australie.