Nicolas Geiger, directeur général de L'Occitane do Brasil

Nicolas Geiger, directeur général de L’Occitane do Brasil

Premium Beauty News - Comment se portent les marques du groupe au Brésil ?

Nicolas Geiger - Aujourd’hui, L’Occitane en Provence est une marque bien développée qui continuede progresser, 10% l’année dernière, et probablement la même chose cette année. C’est un beau résultat sachant que le nombre de magasins est stable. Il y en existe déjà une centaine et il est difficile d’en ouvrir beaucoup plus par rapport au nombre de shopping malls premiums que compte le pays. En revanche, L’Occitane au Brésil a beaucoup évolué. Nous sommes en passe d’ouvrir une cinquantaine de points de vente d’ici fin décembre. Il y en aura 180 en mars prochain, dont 150 kiosks et une trentaine de boutiques.

Premium Beauty News - Comment expliquer vous cette performance sur un marché au ralenti ?

Nicolas Geiger - Nous sommes un des trois gros acteurs du marché premium de la cosmétique au Brésil, mais il ne faut pas oublier que ce marché représente 5 % du marché total de la beauté et qu’il est beaucoup moins concurrentiel. Avec 5 à 10 % de parts de ce marché, nous sommes encore petit et c’est toujours plus facile de grandir lorsqu’on est petit.

Premium Beauty News - Un réseau qui grandit, un concept retail repensé avec l’agence Cent Degrés … de quelle manière l’expansion de L’Occitane au Brésil participe-t-elle à ces résultats ?

Nicolas Geiger - L’Occitane au Brésil grandit de 100% par an, c’est une bonne dynamique dans un marché qui fait moins 5 de croissance. On sent une très bonne acceptation de la marque. Nous avons lancé L’Occitane au Brésil, pour avoir une solution qui ne dépende pas que des produits importés mais aussi pour rendre hommage à cette culture de la cosmétique brésilienne. Son positionnement marketing et son offre parlent aux brésiliens. Si cette marque est née à la base du concept de l’Occitane en Provence, elle a aujourd’hui son identité propre avec une manière assez enthousiasmante de parler du Brésil. C’est important dans un contexte de crise politique et identitaire. De plus, c’est le « gringo », l’étranger, qui parle avec passion de la beauté, de la richesse et de la culture brésilienne. Les brésiliens aiment ça, ils sont fiers de ça.

Premium Beauty News - À quand L’Occitane au Brésil en dehors du Brésil ?

Nicolas Geiger - Nous pensons sincèrement que cette marque, et plus généralement le Brésil ou le made in Brésil, a un grand potentiel à l’export. Les acteurs locaux n’ont pas réussi ce challenge d’entrer avec des produits de qualité sur les marchés internationaux. Il nous est possible de le relever mais avant, il faut être fort chez nous, c’est à dire au Brésil, et surtout continuer à développer une personnalité propre. Lorsque la marque sera à l’équilibre ici, nous irons à l’international. C’est un projet que l’on explore de manière opportuniste mais pour l’instant notre ambition principale est d’en faire une marque brésilienne, autonome au Brésil.

Premium Beauty News - Il y a deux ans, vous affichiez l’ambition de faire du Brésil le marché le plus important du groupe L’Occitane. Pour l’instant c’est toujours le 7e, est ce que vous maintenez cet objectif ?

Nicolas Geiger - Aujourd’hui, c’est toujours le 7e certes, mais il faut prendre en compte la dévalorisation du real. En monnaie locale nous avons grandi de 30 ou 40 % et, avec 20,5 % de croissance au premier semestre 2016 qui va d’avril à octobre, le Brésil représente 55% de la croissance globale du groupe.

Alors premier marché, oui c’est vrai que c’est une ambition, même s’il faudra encore 3 ou 5 ans avant que cela devienne une réalité. Être au moins dans le top 3 c’est possible et ça peut aussi aller très vite si L’Occitane au Brésil continue à se développer, voire à s’exporter.