Jan Schakowsky, Membre de la Chambre des Représentants

Jan Schakowsky, Membre de la Chambre des Représentants

Selon ses promoteurs, les Représentants Jan Schakowsky, Ed Markey, et Tammy Baldwin, le Safe Cosmetics Act (Loi sur la sécurité des cosmétiques) 2011 (HR 2359), qui a été déposé à la fin du mois de juin à la Chambre des représentants, vise à « combler les lacunes majeurs de la loi fédérale qui permettent aux entreprises d’utiliser dans les produits cosmétiques et de toilette, des ingrédients connus pour être nocifs pour la santé humaine et l’environnement. »

Plus de pouvoir pour la FDA

Parmi les principales dispositions de la proposition de loi figurent : des tests aléatoires après commercialisation, l’enregistrement des sociétés auprès de la FDA et le paiement des frais correspondants, l’instauration d’une liste d’ingrédients interdits, la déclaration obligatoire des effets indésirables sur la santé, plus de pouvoir accordé à la FDA, notamment la possibilité de rappeller des produits.

La proposition de loi est une version partiellement réécrite d’une précédente tentative datant de l’année dernière.

« L’auto-régulation par l’industrie ne fonctionne tout simplement pas. Cette proposition de loi reconnaît que les consommateurs ont droit à des produits cosmétiques sans danger et que les entreprises ont la responsabilité de s’assurer que leurs produits sont sûrs, » explique Lisa Archer, directeur de Campaign for Safe Cosmetics, une association militant contre la présence de produits chimiques dangereux dans les cosmétiques.

Critiques de la part de l’industrie

« Nous sommes d’accord avec les Représentants Schakowsky, Markey et Baldwin sur la nécessité de moderniser certaines dispositions du US Food, Drug and Cosmetic Act afin de l’adapter à l’évolution de la science et la croissance de notre industrie, » indique Lezlee Westine, présidente du Personal Care Products Council (PCPC), le principal syndicat professionnel représentant les fabricants et distributeurs américains de produits cosmétiques. Mais, ajoute-t-elle, « nous sommes très inquiets sur le fait que, tel qu’il est rédigé, il contient des dispositions qui susceptibles d’imposer un fardeau inutile à la FDA et aux entreprises de toutes tailles et peut compromettre les emplois, sans fournir d’avantages significatifs pour les consommateurs. »

Personal Care Truth, un groupe d’entrepreneurs indépendants du secteur des cosmétiques, a également répondu à la proposition pour dénoncer ce qu’il estime être de la désinformation contenue dans le texte. Personal Care Truth affirme que la proposition de loi est vicié par de sérieux défauts qui pourraient impacter l’ensemble de l’industrie des cosmétiques, petites et grandes entreprises confondues. «  Elle est impossible à mettre en œuvre, hors d’atteindre, et ne fera absolument rien pour rendre les cosmétiques plus sûrs qu’ils ne le sont déjà, » affirme Lisa Rodgers, co-fondatrice de Personal Care Truth.

Personal Care Truth critique plus particulièrement le risque de voir apparaître des étiquettes confuses alors que l’étiquetage demandé de tous les composants et contaminants de chaque ingrédient serait presque impossible, le double enregistrement du fabricant et du distributeur, et la définition inappropriée des effets indésirables sur la santé.