Après la Californie, qui a été le premier état américain à interdire la commercialisation de cosmétiques testés sur des animaux il y a un an, puis le Nevada plus récemment, l’Illinois rejoint la liste.

Contrairement à l'Union européenne, les États-Unis n'interdisent pas au niveau...

Contrairement à l’Union européenne, les États-Unis n’interdisent pas au niveau national de tester les cosmétiques sur les animaux. À ce jour, seuls la Californie, le Nevada et l’Illinois prohibent ces pratiques. Toutefois, un nombre croissant de marques de adoptent des tests alternatifs. (Photo : © Artfully79 / IStock.com)

Soutenu par la sénatrice démocrate Linda Holmes, le projet de loi SB 241 a été adopté par les deux chambres de la législature de l’état en mai dernier et a finalement été signé par le gouverneur J.B. Pritzker le 12 août 2019. La nouvelle loi interdit la vente de cosmétiques qui auraient été testés animaux (qu’il s’agisse du produit final ou de ses ingrédients) après le 1er janvier 2020.

« Les attentes des consommateurs évoluent en faveur de produits non-testés sur animaux et les principales marques de cosmétiques font évoluer leurs pratiques  », affirme Linda Holmes.

À ce jour, plus de 30 pays, la plupart dans l’Union européenne, interdisent les tests de produits cosmétiques sur les animaux. Les États-Unis n’ont cependant pas réussi trouver un consensus pour interdire cette pratique à l’échelle nationale. Le combat s’est ainsi déplacé au niveau étatique et l’année dernière, la Californie est devenue le premier État à adopter une loi interdisant les tests sur animaux à des fins cosmétiques. Elle a été suivie en juin par le Nevada.