Christian Le Nalbaut, IDP Direct

Christian Le Nalbaut, IDP Direct

Un peu plus de deux ans après sa création en octobre 2010, IDP Direct, spécialiste de la conception et de la fabrication de sacs et boîtes pour boutiques (bijouterie-joaillerie, maroquinerie, mode, cosmétique, parfumerie…) réalise aujourd’hui près de 13 millions d’euros de chiffre d’affaires.

« En seulement deux ans d’existence, nous avons atteint les objectifs de progression que nous nous étions fixés, IDP direct représente déjà plus de 35 % du chiffre d’affaires d’IDP Group et 2013 s’annonce sous d’aussi bons auspices, l’objectif étant d’atteindre les 50%. Le facteur-clé de notre réussite, c’est d’abord la force de la relation directe que nous avons su instaurer. Nous proposons à nos clients des solutions adaptées et novatrices en terme de design et de techniques, nous veillons à chaque détail de la personnalisation et de la sophistication, et cela pour des commandes de 5 000 comme de 200 000 pièces,  » explique Christian Le Nalbaut, Managing Partner d‘IDP Direct Europe West.

IDP Direct peut en effet s’appuyer sur l’expertise et l’outil industriel d’IDP Group qui fabrique depuis 20 ans pour ses clients du luxe, sacs et coffrets institutionnels ou événementiels prestigieux. « Le groupe a ouvert des bureaux en Europe et aux USA pour répondre rapidement et directement aux besoins spécifiques des professionnels de la mode, maroquinerie, bijouterie-joaillerie, cosmétique et parfumerie….sans aucun intermédiaire, sans aucun sous-traitant, » précise Christian Le Nalbaut.

Fort de l’atout industriel des deux usines asiatiques d’IDP Group, à Surabaya (Indonésie) et Suzhou (Chine), IDP Direct propose toutes les prestations nécessaires au sourcing et revendique une production réalisée selon des critères qualité exigeants (certifications internationales ISO, FSC & PEFC).

« Notre savoir-faire nous permet de gaufrer, pelliculer, marquer et dorer à chaud, orner d’un ruban de tissu ou de cuir, parer de satin ou enjoliver par d’autres ornements de prestige,  » conclut Christian Le Nalbaut.