Les consommatrices utilisent leur pouvoir d'achat pour faire entendre leur...

Les consommatrices utilisent leur pouvoir d’achat pour faire entendre leur voix et soutiennent les marques qui s’engagent pour en faveur des ingrédients naturels et de la transparence, affirme The NPD Group (Photo : © Narufoto)

Les Américaines se tournent de plus en plus vers internet pour mieux connaître les ingrédients et les marques à l’origine des produits qu’elles appliquent sur leur visage. C’est en tout cas ce qui ressort de la dernière étude de The NPD Group : Women’s Facial Skincare Consumer Report [2]. En effet, près de 50% des femmes interrogées recherchent des informations en ligne avant d’acheter un produit en magasin. Principales sources d’informations : les avis et évaluations en ligne, ainsi que les réseaux sociaux et leurs incontournables influenceurs.

Consommatrices engagées

«  Les consommatrices utilisent leur pouvoir d’achat pour faire entendre leur voix et soutiennent les marques qui s’engagent pour en faveur des ingrédients naturels et de la transparence », explique Larissa Jensen, directrice exécutive et analyste de beauté pour The NPD Group.

Selon NPD, 46% des utilisatrices de soins pour le visage déclarent avoir acheté des produits sans sulfates et/ou sans phtalates ou gluten, ce qui représente une hausse de 6 points au cours des deux dernières années. En outre, plus de la moitié des femmes recherchent des produits de soin à base d’ingrédients biologiques. Le rapport révèle également que les marques s’engageant publiquement en faveur de la transparence sur les ingrédients sont devenues une priorité pour les consommatrices, parmi les plus connues plusieurs se classent parmi le Top 25 des plus fortes conversions.

«  Les soins pour la peau continuent de bien fonctionner chez les consommatrices engagées, quelle que soit leur génération. Le nombre de consommatrices qui prennent des décisions d’achat reposant principalement sur le prix d’un produit diminue ; car l’importance de savoir exactement ce que l’on se met sur la peau devient plus importante », ajoute Larissa Jensen.