Premium Beauty News - Du berceau à la tombe ! Une image que vous revendiquez ?

Guy Mallinson - Oui, tout à fait ! Le groupe Holmen dont fait parti Iggesund est l’un des rares groupes au monde de la filière papetière à posséder ses propres forêts. Elles sont supérieures en superficie à la totalité de la forêt des Landes. Des forêts constituées à plus de 70 % de pins et de bouleaux et dont l’âge varie de 0 à 90 ans en fonction des périodes de plantation et d’exploitation. Le groupe Holmen est non seulement l’un des plus grands propriétaires forestiers suédois mais produit plus de 30 millions de jeunes plants chaque année issus de forêts maîtrisées qui sont, bien évidemment, certifiées FSC et PEFC. Et quand je dis « maîtrisées », je devrais ajouter « scrupuleusement exploitées » avec un rendement qui n’a fait que progresser en soixante ans en passant de 50 m3 à 115 m3 à l’hectare.

Guy Mallinson, Directeur Marketing, Iggesund

Guy Mallinson, Directeur Marketing, Iggesund

Premium Beauty News - La diminution de l’empreinte carbone est devenue un enjeu majeur à la fois vital et mondial. Une enquête récente montre qu’il n’y avait pratiquement aucun article sur ce sujet dans la presse mondiale en 2005 et que l’on en a recensé plus de 35 000 l’année dernière !

Guy Mallinson - Et, au sein de la filière papetière, je pense que nous sommes aujourd’hui clairement parmi les mieux placés pour en parler. Je rappelle la définition de cette notion d’empreinte carbone : « Il s’agit de la mesure de l’impact des activités humaines sur l’augmentation de la production des gaz à effet de serre, c’est-à-dire du gaz carbonique, ces émissions étant surtout dues à l’utilisation d’énergies fossiles ».

Chez Iggesund, je peux vous dire que cette prise de conscience, non seulement ne date pas d’hier, mais qu’elle fait quasiment parti des gênes de la société et que nous avons depuis longtemps intégré et corrigé constamment les contraintes principales de notre métier, à savoir la production de gaz à effet de serre provenant principalement de notre outil industriel de transformation du bois et de ses dérivés papetiers, que ce soit à cause de l’utilisation de combustibles ou d’autres matières premières, sans oublier l’impact représenté par la production de vapeur, de chaleur ou de froid, sans oublier aussi le transport.

Premium Beauty News - Pouvez-vous donner un chiffre qui illustre vos progrès en la matière ?

Guy Mallinson - Absolument ! Si je prends, par exemple, comme référence notre gamme de carton Invercote, son empreinte carbone mesurée il y a cinq ans atteignait 485 kg/t. Cette année, nous sommes à 258 kg/t, soit la moitié par rapport à 2006. Les principaux gains ont été réalisés en amont au niveau de l’exploitation de nos forêts et, en aval, au niveau de la fin de vie de nos produits.

Premium Beauty News - Cette politique pro-active et constante dans ce domaine va-t-elle s’accentuer ?

Guy Mallinson - Pour abaisser encore nos émissions de CO2, nous investissons actuellement 240 millions et 120 millions d’euros respectivement dans nos usines en Suède et au Royaume Uni, soit l’équivalent des 2/3 de notre chiffre d’affaires. Je rappelle que notre marge de manœuvre industrielle est toujours la même sur ces sujets. Produire sans utiliser d’énergies fossiles, être auto-suffisant en matière de production d’énergie, zéro rejets de déchets dans la nature, utiliser des produits qui peuvent être recyclés ou bien les réutiliser en bio-énergie, ne rejeter de l’eau qui n’affecte pas du tout les écosystèmes fragiles de la Baltique.

Premium Beauty News - Des efforts qui passent aussi par l’amélioration constante en matière de productivité de votre outil industriel !

Guy Mallinson - C’est exact ! Le productivité de nos usines est en constante augmentation et nous réduisons au maximum les effets de notre activité sur l’environnement.