Suivez-nous twitter facebook
Edition: Global
Cliquez ici pour recevoirnotre newsletter gratuite cliquez ici
Sociétés & industrie

Distribution : Botimyst prône la « clean beauty » par la pédagogie

Nouvel acteur du retail spécialiste de la clean beauty en France, le site Botimyst s’inscrit en marge de ses concurrents par un positionnement didactique sur les ingrédients. Créé par Carole Ballerini, chimiste de formation et issue de l’industrie cosmétique, la plateforme a sélectionné 800 références en fonction d’une charte d’ingrédients préétablie selon la notion de « bon pour soi, bon pour la planète ». Une boutique physique viendra renforcer le dispositif en juin prochain.

Nouveau concept de distribution clean beauty, Botimyst souhaite s’installer dans une mouvance plus factuelle qu’anxiogène. « Nous avons la chance en France d’avoir une règlementation européenne très stricte. Néanmoins chacun a envie de consommer mieux tout en continuant à se faire du bien. Botimyst sert de filtre à ses clients, ils peuvent consommer sans inquiétude. D’où la notion de cosmétiques ‘Worry free’, clin d’œil aux communications alarmistes que l’on a pu voir », explique Carole Ballerini.

« Bon pour soi, bon pour la planète »

L’assurance de ce filtre repose sur l’application d’une charte d’ingrédients, établie par un comité de scientifiques - chimistes, toxicologues et biologistes. Le groupe s’est attelé pendant un an, à analyser les grandes familles d’ingrédients et à établir une sélection selon le principe « bon pour soi, bon pour la planète ».

Botimyst sélectionne ses produits sur la base d'une charte interne accessible...

Botimyst sélectionne ses produits sur la base d’une charte interne accessible à tous sur son site. (Photo : Botimyst)

Accessible sur le site, la charte indique en toute transparence la liste des ingrédients refusés, par principe de précaution ou pour raisons environnementales, ainsi que des informations précises sur les ingrédients tolérés, mais pouvant susciter une inquiétude.

« Dans tous les cas nous justifions nos choix. Par exemple, les silicones sont refusés, mais nous expliquons que c’est pour une raison environnementale alors que leur action cosmétique est très bonne, ils apportent beaucoup à la sensorialité d’une formule », assure la fondatrice. La charte exclut également les BHA et BHT suspects d’être perturbateurs endocriniens, en attendant les résultats de l’étude menée par la Commission Européenne. À l’inverse, elle refuse de discréditer le phénoxyéthanol, estimant qu’aucune étude ne le justifie.

Les clients peuvent également réaliser une sélection de produits par le filtre des « ingrédients bienfaiteurs », avec de la même façon, des indications sur chacun d’eux.

Un atelier et une première boutique à Paris

Le référencement des produits passe aussi par le choix de marques aux emballages vertueux. « Nous voulons valoriser celles qui vont dans le bons sens. Le clean, ce n’est pas forcément un pack en verre, qui pèse lourd », estime la fondatrice, qui ajoute scruter également la communication de ses marques partenaires. « Nous regardons comment la marque se présente et refusons celles qui jouent sur le marketing de la peur », confie-t-elle.

Parce que la notion de ‘clean’ en cosmétique n’est régit par aucune norme, la notion est parfois difficile à cerner. La charte d’ingrédients sert ici de référence aux formules des marques proposées. Selon Carole Ballerini, le concept est inédit en France et se positionne plutôt en équivalent du site américain Credo Beauty.

« Il y a encore beaucoup à faire concernant la clean beauty en France. Il y a de la place pour tout le monde parce que c’est un marché très prometteur, ce n’est pas une mode. Je suis convaincue que d’ici 2 ou 3 ans nous serons plusieurs à faire ce que Botimyst fait aujourd’hui ».

En mars, la Maison Botimyst, espace atelier et Click & Collect, ouvrira à Paris, à proximité du Parc Monceau, alors qu’en juin sera inaugurée la première boutique rue de Turenne, dans le quartier du Marais.

Kristel Milet

© 2020 - Premium Beauty News - www.premiumbeautynews.com
derniers articles
Focus

L’édition 2020 de MakeUp in Paris remplacée par une plateforme virtuelle

La décision du gouvernement d’interdire les rassemblements de plus de 100 personnes jusqu’à cet été a finalement mis un terme aux derniers espoirs des organisateurs du salon MakeUp in Paris. L’événement B2B, qui devait se tenir les 18 et 19 juin au Carrousel du Louvre, sera finalement remplacé par une plateforme virtuelle. « Afin de...

en savoir +
opportunités de carrière
Avis d’experts
Chine : refonte en vue du cadre réglementaire des cosmétiques

ChemLinked
Chine : refonte en vue du cadre réglementaire des cosmétiques

Le cadre actuel de la réglementation des cosmétiques en Chine est le Règlement sur la surveillance de l’hygiène des cosmétiques (CHSR), qui est mis en œuvre depuis 30 ans et auquel seules de légères améliorations ont été apportées depuis. Depuis 2013, la Chine a entrepris de modifier ce règlement général et l’a renommé Règlement sur la...

en savoir +

Rubriques

Nous utilisons des cookies pour une meilleure expérience de navigation. En poursuivant sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus et paramétrer les cookies
fermer