Après près de deux mois de fermeture, les salons de coiffure rouvriront leurs portes le 11 mai prochain en France. Pour l’ensemble des professionnels de la beauté (salons de coiffure, instituts, spas…) le déconfinement s’accompagne de l’obligation du respect des mesures de distanciation et des gestes barrières. Bref, c’est un mode de fonctionnement entièrement nouveau qui va être mis en place !

Emmanuel Gasnot, Président du groupe Dessange International

Emmanuel Gasnot, Président du groupe Dessange International

« Nous avons toujours eu une attention très particulière quant à la propreté et l’hygiène dans nos salons. Les peignoirs, serviettes et brosses sont d’ores et déjà à usage unique : nettoyés, désinfectés et emballés individuellement après chaque utilisation ; et nos outils sont désinfectés devant la cliente avant chaque prestation », souligne Emmanuel Gasnot, Président du groupe Dessange International, qui regroupe les salons Dessange et Camille Albane.

Toutefois, les recommandations sanitaires liées à l’épidémie Covid-19 entrainent logiquement un renforcement de toutes les mesures habituelles. Avec pour objectif de protéger la santé des clients et des collaborateurs du groupe.

L’expérience beauté au défi des nouvelles règles

« Nous allons renforcer ces mesures en travaillant dorénavant avec des masques et des lunettes de protection. Un lavage des mains régulier et approprié ainsi qu’une utilisation de gel hydro-alcoolique avant et après chaque cliente seront effectués. Les tablettes et fauteuils seront désinfectés après chaque passage. Nous respecterons la distance de 1 mètre minimum entre chaque personne en n’utilisant qu’un fauteuil et bac sur deux. Certains services ne pourront plus, temporairement, être proposés à la cliente comme les magazines, les boissons ou certaines prestations esthétiques. La cliente devra également prendre en charge son vestiaire », poursuit le dirigeant.

Les équipes des salons ont par ailleurs été briefées sur l’ensemble des protocoles et des rappels quotidiens sont prévus afin de garantir un respect scrupuleux des nouvelles règles. Un affichage spécifique en salon informera notre clientèle sur l’ensemble des dispositifs qui sont mis en place et les invitera au respect des gestes barrières.

« Notre défi est de faire en sorte que chaque visite en salon reste une expérience de beauté unique comme nous avons l’habitude de le faire », souligne Emmanuel Gasnot.

Certaines prestations habituellement offertes à chaque cliente, comme la retouche maquillage en fin de visite, sont en effet suspendues dans l’attente de précision sur les protocoles à respecter.

Mais après de longues semaines de confinement, Françaises et Français semblent cependant avoir hâte qu’un professionnel s’occupe à nouveau de leurs cheveux. Certains franchisés du groupe Dessange afficheraient ainsi déjà complet jusqu’au mois de juillet. Un élargissement des plages horaires d’ouverture est ainsi prévu pour répondre à la demande.

Enfin, compte tenu des coûts supplémentaires engendrés par l’ensemble des dispositifs mis en place dans le cadre des protocoles d’hygiène, le groupe envisage de demander une participation forfaitaire de 2 euros à ses clients.

Le 11 mai ne représentera donc certainement pas un retour à la normalité qui précédait la crise sanitaire. Reste à savoir comment les professionnels de la beauté sauront rassurer et séduire, de nouveau, leur clientèle.

« Le digital aura pris pendant cette période et va prendre de plus en plus d’importance, tant au niveau des prises de rendez-vous que dans notre façon de communiquer avec notre cliente. Il serait terrible d’avoir dû faire face à cette situation inédite, sans pouvoir en tirer des enseignements ! » conclut Emmanuel Gasnot.