En ce qui concerne la beauté de la peau, mieux vaut vivre à Montréal ou Oslo, qu’à Paris ou Marseille. Du moins selon une récente étude réalisée par la plateforme de développement de cosmétiques Covalo.

Ce classement se base sur plusieurs critères : qualité de l’air, températures annuelles moyennes, taux d’ensoleillement... mais aussi des facteurs liés au bien-être des habitants, tels que le nombre moyen d’heures travaillées par semaine, la consommation de tabac ou encore le niveau de stress.

80 villes autour du monde

Au total, 80 villes du monde réparties à travers les cinq continents ont été passées au crible.

Dans l’Hexagone, Paris et Marseille arrivent respectivement en 26e et 44e position. New York se classe à la 34e place et Singapour à la 72e. Des places peu reluisantes qui, selon les cas sont liées à la pollution atmosphérique et au fort taux d’humidité, à fort taux d’ensoleillement, ou au stress lié aux embouteillages.

Les trois villes du monde à remporter la palme des métropoles où il fait bon vivre pour votre peau sont Phoenix (États-Unis) pour son trafic routier fluide et son faible taux d’humidité, Oslo (Norvège) pour ses faibles indices UV et Montréal (Canada), ville où la vitesse annuelle du vent est peu élevée et « donc moins susceptible d’assécher la peau ».

En queue de peloton, la ville de Mumbai (Inde), notamment à cause des embouteillages qui mettent les habitants à fleur de peau, mais aussi à cause de l’air très pollué et d’un fort taux d’humidité. Des facteurs qui, combinés, « contribuent à une baisse générale des fonctions protectrices de la peau », arguent les auteurs de l’étude.