Christophe Masson, Directeur général de la Cosmetic Valley

Christophe Masson, Directeur général de la Cosmetic Valley

Cosmetic 360 se caractérise par un format axé sur l’innovation, condition clé de participation à l’événement pour chaque exposant. Comme à son origine, chacune de ces innovations sera matérialisée par un totem de présentation sur les stands. Des parcours experts guideront les visiteurs dans chaque domaine d’application.

« C’est un événement qui incarne la Cosmetic Valley, démontrant l’importance de la recherche et de l’innovation sur toute la filière et qui positionne la France comme le lieu où se rencontrent les investisseurs, les startups, les PME du monde entier. Globalement, sans dévoiler de détails, on peut dire qu’il y a cette année beaucoup d’innovations présentées sur la beauté connectée, la naturalité, et le prototypage rapide. On parlera de bio-impression de la peau, du plastique ou de différents matériaux », annonce Christophe Masson, le nouveau directeur général de la Cosmetic Valley, qui organise l’événement.

Une Zone Startup interactive

Élément attractif du salon, la zone lancée en 2017 regroupant 30 startup, évolue par de nouvelles animations :

- Le Studio, action spécifique mis en place par le groupe Coty, permettra de matérialiser au travers d’interviews la réponse des startup présentes aux grands défis industriels de la filière. Une mise en perspective immédiate des différentes technologies présentées face aux besoins de demain.
- L’Espace Solutions Start Up, organisé par Beauty Tech Chartres, tient lieu durant deux jours d’accélérateur éphémère. Ouvert à tous les visiteurs souhaitant créer leur entreprise, il offre un accompagnement par une dizaine d’experts, des workshops et des conférences, afin d’accéder à une vision plus concrète de chacun des projets.

Une mise en relation avec les donneurs d’ordre et distributeurs

Comme chaque année, plusieurs grands groupes, au titre de donneurs d’ordres, seront présents sur un espace spécifique. Johnson & Johnson, Les laboratoires Pierre Fabre, L’Oréal, LVMH Recherche, Puig, Rodan + Field, Yves Rocher vont pouvoir ainsi recevoir, dans le cadre de l’Open Innovation, les porteurs de projets ayant candidaté afin d’échanger, voire tisser de nouveaux partenariats. Plus de 200 rendez vous qualifiés se dérouleront au cours des deux jours du salon.

La formule s’ouvre cette année à la distribution, permettant ainsi à de jeunes marques de rencontrer le réseau mondial QVC en quête de pépites françaises à distribuer.

En marge de ces différents parcours, le TechCorner animé par le CNRS mettra en lumière un nouveau procédé de fabrication d’émulsions, encore aujourd’hui au stade de recherche. « L’objectif est de montrer comment ces procédés en recherche académique vont influer sur nos usines du futur » explique Christophe Masson.

Partenaire historique, la société Greentech proposera de son côté un challenge visant à financer une action de développement économique au Burkina Fasso.

À noter également la dimension internationale de l’événement qui compte plus de 30% d’exposants étrangers et accueille la réunion mondiale du Cosmetic Clusters International Network. La Japan Beauty sera particulièrement à l’honneur cette année en la présence du Japan Cosmetic Center réunissant dix entreprises nippones autour d’un programme d’animations mis en place par le groupe Shiseido.

Le Hackathon en 3D

Organisé avec le soutien du groupe LVMH, ce nouveau défi lancé auprès de jeunes professionnels et étudiants, propose cette année de travailler sur la conception d’un “nouveau produit à l’ère de l’expérience, durable et inspiré par la nature”. Baptisé Hackathon Maker, il donne en effet cette année la possibilité aux participants d’aller plus loin que la formalisation d’une idée, par la réalisation de son prototypage.

« Lancé l’année dernière, le Hackathon illustre notre volonté de faire en sorte que ce salon ne soit pas seulement une exposition mais également un moment où se créé de l’innovation. Les participants commenceront à travailler deux jours avant le salon en équipes et imprimeront leur projet sur place à l’aide d’une imprimante 3D mise à disposition. Les projets seront alors présentés au jury d’une part mais également aux visiteurs », ajoute Christophe Masson.

Les Maisons du groupe LVMH se feront mentors des participants, Dassault Systèmes mettra à disposition son logiciel CATIA pour la conception 3D et la société ID3P fournira l’imprimante haute résolution. Un prix de 4000 euros sera remis à l’équipe gagnante au terme de la seconde journée du salon.