Marc-Antoine Jamet, Président de la Cosmetic Valley

Marc-Antoine Jamet, Président de la Cosmetic Valley

«  Le marché est régi par un marketing de l’offre avec un très fort désir de nouveauté toujours et où les challenges sont permanents : 30 % des produits à échéance de quatre ans ne sont pas encore connus et on ne connait pas la moitié des produits qui seront sur le marché d’ici à cinq ans,  » souligne Marc-Antoine Jamet, président de la Cosmetic Valley. « L’innovation est donc essentielle et ce nouveau salon sera une vitrine pour l’innovation française. »

Les dirigeants de la Cosmetic Valley en sont convaincus : l’innovation est la clef de l’attractivité des cosmétiques made in France et de leur image internationale. Forts d’un nombre d’adhérents en forte hausse, d’un réseau de 800 entreprises et huit universités partenaires, avec au total 200 laboratoires et 8600 chercheurs sur un territoire couvrant trois régions (Centre, Haute-Normandie et Ile-de-France), ils souhaitent réunir en même lieu l’excellence de l’innovation en cosmétique, sur tous les maillons de la filière.

Innovation tous azimuts

Pour bien marquer l’originalité du concept, Jean-Luc Ansel insiste : « Chaque stand disposera d’un totem mettant en avant, non pas le nom de l’entreprise, mais décrivant l’innovation exposée. »

À l’opposé de la tendance vers des événements de plus en plus spécialisés, Cosmetic 360 ambitionne de regrouper une large variété d’innovations cosmétiques : packaging fonctionnel (digital packaging, packaging anti-microbien, packaging interactif associant LED et microprocesseurs…), nouvelles matières (céramiques, matériaux biosourcés), nouveaux actifs (molécules provenant de la cosmétopée, matières premières naturelles anti-microbiennes, actifs anti-pollution,…), nouveaux outils de test et mesure (rhéologie acoustique sans contact, échographie haute résolution pour applications cosmétiques, objectivation ex-vivo…), nouveaux équipements de production (procédés en continu, impression 3D…), nouveaux produits (billes de parfum sans alcool, patch mesurant l’activité de la peau, cosmétiques sur mesure, beauté connectée, réalité augmentée...).

PME et multinationales

Avec dans son portefeuille plus d’une centaine de projets de recherche associant PME, grands groupes et laboratoires universitaires, la Cosmetic Valley entend aussi favoriser les échanges entre ces différents acteurs. Les organisateurs de Cosmetic 360 proposent ainsi aux grands groupes cosmétiques des espaces spécifiques dédiés à l’open innovation, où ils pourront rencontrer en toute discrétion des porteurs de projets innovants dans le cadre de rendez-vous pré-organisés à partir du fichier élaboré par les organisateurs.

Pour les autres participants, des « desks start up » à 2500 euros, des mini stands de 4,5 m2 à 3300 euros ou des espaces de 7,5m2 à 5200 euros doivent permettre à tous les profils d’entreprise d’être présents.

Prévu sur deux jours, les 15 et 16 octobre 2015, Cosmetic 360 se tiendra au Carrousel du Louvre sur 3 000 m2 et devrait accueillir 100 à 150 exposants pour sa première édition et environ 4000 visiteurs français et étrangers, espèrent les organisateurs.