Entre le phénomène du « maskné » et la sécheresse des mains liée à leur lavage intensif, la crise sanitaire a placé la santé de la peau au cœur des routines beauté. En parallèle, l’engouement pour la clean beauty et les cosmétiques bio bat son plein. De nouvelles opportunités s’offrent ainsi aux marques de dermocosmétiques dont la promesse répond précisément à ces attentes. C’est l’une des grandes conclusions de l’étude Xerfi Precepta intitulée Les nouveaux défis des acteurs de la dermocosmétique.

Malgré un contexte prometteur, le bouleversement des routines de beauté et le rôle croissant des réseaux sociaux en tant que canal de prescription obligent les acteurs à se réinventer en permanence. C’est un défi de taille, car le maintien d’un conseil client de qualité s’avère toujours plus indispensable pour préserver une image forte d’expert en santé de la peau.

Tirer profit de l’engouement pour la clean beauty

Dans ce contexte, quelles sont les stratégies privilégiées par les fabricants de dermocosmétiques pour s’adapter aux nouvelles tendances de consommation ? Et quelles sont les réelles perspectives de croissance du marché à l’horizon 2023 ? Au travers d’études de cas de géants comme Pierre Fabre, Caudalie et CeraVe, l’étude Xerfi Precepta détaille les stratégies des marques pour tirer profit de l’engouement des consommateurs pour la clean beauty, autour de deux axes principaux :

- L’innovation produit, avec le développement de nouveaux actifs, le renouvellement des formulations, la revisite des packagings et la création de nouvelles gammes.
- Le développement d’une offre écoresponsable, par exemple avec l’utilisation d’ingrédients bio et d’origine naturels, l’abandon des substances controversées ou encore l’utilisation d’emballages recyclés/recyclables et le développement du vrac.

Au-delà de l’innovation, les acteurs du secteurs appuient également leur stratégie sur :

- la communication sur les réseaux sociaux et les partenariats avec les influenceurs...
- la digitalisation du conseil client afin de maintenir sa singularité dans des parcours d’achat de plus en plus omnicanaux. Une stratégie qui se matérialise par l’édition de contenus en ligne ou encore par le développement d’application de diagnostics de peau comme Effaclar SpotScan de La Roche Posay.

Les nouveaux défis des acteurs de la dermocosmétique
Étude parue le 30/09/2021 (175 pages - 1 980 euros HT)