La nouvelle étape de la stratégie de développement durable de Clarins passe par les Alpes. La marque française de produits de beauté a acquis une surface de terre dans la région, qu’elle surnomme « Le Domaine Clarins ». La ferme et le laboratoire naturels ont pour objectif de réaliser des études de biodiversité et de cultiver des plantes destinées à être utilisées dans les formules de soin et de maquillage de la marque.

Situé à 1372 m d’altitude, le Domaine Clarins bénéficie d’un microclimat optimal pour la croissance de la végétation - c’est un projet de long terme qui permettra à l’entreprise de cultiver des plantes saisonnières de manière bio, sur des sols non-pollués. L’entreprise explique dans un communiqué vouloir à terme arriver à « une production du sol vers le pot sur des terrains lui appartenant entièrement ».

Le Domaine Clarins est un espace agricole privé et un laboratoire à ciel...

Le Domaine Clarins est un espace agricole privé et un laboratoire à ciel ouvert dans les Alpes dont la vocation est la recherche, la culture durable et l’observation des plantes - Photo : © Clarins

« En tant que scientifique, je suis très vigilant sur la qualité des ingrédients naturels et sur la manière dont ils sont extraits », explique le Dr Olivier Courtin-Clarins, directeur général du Groupe Clarins. «  Le Domaine Clarins nous permet d’obtenir les meilleurs ingrédients tout en préservant l’environnement ».

Le Domaine Clarins comprend aussi un « Jardin Collection », un espace dédié à l’expérimentation sur les plantes et où les scientifiques s’efforceront de trouver de nouvelles propriétés pour enrichir l’offre beauté de la marque. Les résultats de ces recherches permettront d’enrichir l’herbier Clarins, qui contient déjà 250 plantes.

Clarins n’est pas le seul acteur majeur de la beauté à rechercher l’inspiration dans le monde de la permaculture. En janvier, Garnier a ainsi annoncé son partenariat avec l’ONG environnementale Fondation GoodPlanet pour travailler avec des agriculteurs français au développement de l’agroforesterie en coordination avec l’Association française d’agroforesterie.