Selon Euromonitor, malgré un contexte de ralentissement de la croissance, le Brésil se place au 3e rang mondial, tous segments confondus, derrière les États-Unis et la Chine.

© Euromonitor

© Euromonitor

Le marché des capillaires comme moteur

Premier marché mondial dans les catégories parfums et déodorants, la progression du pays est également dopée par le segment des capillaires, et particulièrement des après-shampoings, extrêmement dynamique. Selon Mintel, le Brésil a représenté 9% de tous les lancements de soins capillaires l’an dernier dans le monde, devant le Royaume-Uni (8%) et les États-Unis (7%).

Ce marché devrait connaître une croissance annuelle à deux chiffres au cours des quatre prochaines années pour atteindre 12,45 milliards de dollars US en 2017, toujours selon Mintel. En 2013, shampooings et après-shampoings représentaient un marché estimé à 2,92 milliards de dollars. Le taux d’utilisation de shampooings au Brésil est parmi les plus élevés au monde, 91 % des Brésiliens déclarent en être utilisateurs, soit autant qu’en France (91%) et plus qu’en Angleterre (89%).

© Euromonitor

© Euromonitor

Christopher Lindsley, Global Skin Care analyst chez Mintel, explique notamment ceci par un nombre de développements de nouveaux produits rarement vu ailleurs dans le monde, avec une offre extrêmement adaptée aux diversités locales, et des revendications régionales spécifiques. Il ajoute : « Pour l’avenir, le développement de revendications anti-âge pourrait ajouter de la valeur au marché ».

Le premium gagne du terrain

Toujours dominé par le mass, le marché brésilien tend progressivement vers le premium, selon Euromonitor, notamment grâce au glissement vers le haut des ventes de parfums et de produits de soins.

Enfin, la vente directe commence à perdre du terrain au profit des marques vendues en magasin, comme l’illustre le succès de L’Occitane, l’une des plus belles croissances de marques internationales au Brésil.

© Euromonitor

© Euromonitor