Le groupe Boticário a annoncé l’aquisition de Vult Cosmética, une société brésilienne spécialisée dans les produits de maquillage. Les détails financiers de la transaction n’ont pas été divulgués, mais celle-ci est soumise à l’approbation des autorités brésiliennes de contrôle des concentrations.

Vult est présente sur le marché brésilien depuis 2004 et commercialise ses produits dans 35 000 points de vente à travers le pays, principalement dans les magasins multimarques et les pharmacies. « L’arrivée de Vult complète notre portefeuille et renforce notre activité multimarques et multicanal  », a déclaré le président du groupe Boticario Artur Grynbaum dans un communiqué.

Murilo Reggiani et Daniela Cruz, les fondateurs de Vult, ont affirmé qu’ils restaient au sein de la société pour assurer sa croissance dans les années à venir.

Contrairement à Natura, l’autre géant brésilien des cosmétiques, qui s’est donné une envergure internationale avec le rachat de The Body Shop à L’Oréal, le groupe Boticário fait donc le choix de continuer à consolider sa base nationale. Cette acquisition lui permet de passer en deuxième position derrière Avon mais devant Natura sur le marché du maquillage au Brésil, avec une part de marché d’environ 15%, selon Euromonitor International.

Grupo Boticário est à la troisième place dans la catégorie maquillage au Brésil...

Grupo Boticário est à la troisième place dans la catégorie maquillage au Brésil et Vult est à la sixième place. Avec l’acquisition de Vult, Grupo Boticário atteindra la deuxième place avec 15 pour cent de part de marché.

« La marque Vult est bien implantée au sein des détaillants spécialisés en beauté du nord-est du Brésil, une région où Boticário a plus de mal à vendre les produits de maquillage plus chers de sa marque,  » explique Elton Morimitsu, Senior Research Analyst chez Euromonitor International. « La stratégie adoptée semble être assez proche de celle de L’Oréal en 2014 lors de l’acquisition de Niely : être présent avec une marque plus adaptée dans des segments et régions où le groupe n’était pas très fort. »