Premium Beauty News - Comment le parfum est-il devenu un élément clef de votre offre initialement très axée sur les accessoires ?

Olivier Raulin - Nous avons constaté un changement des comportements de consommation avec l’envie de fragrances plus simples, plus abordables et plus changeantes. Nous nous sommes orientés vers des senteurs simples et pures « Coco », ou la « Vanille Gourmande des Antilles », ou encore l’« Ylang Ylang de Madagascar ». L’objectif est d’offrir un parfum sobre, interchangeable, associable à d’autres parfums de la gamme, mobile avec des formats de 30 ml et accessible à moins de 7 euros.

Nous avons aujourd’hui 150 références que nous faisons évoluer régulièrement avec un à deux lancements par mois. Notre packaging simple et très coloré est identique sur toutes les références, seuls le jus et l’étiquette changent. Nous fabriquons en France (dans notre usine près de Bordeaux) et travaillons les jus avec des grands nez à Grasse.

Au-delà du parfum, nous souhaitons développer la notion de look avec la cosmétique et les accessoires de mode à un prix abordable. Notre clientèle cible est la jeune femme active de 20-30 ans avec un budget moyen. Aujourd’hui chaque activité représente environ un tiers de notre chiffre d’affaires (parfums, cosmétique et accessoires), alors que le parfum comptait pour 18% seulement en 2015.

Premium Beauty News - Comment vous adressez-vous à vos clientes ?

Olivier Raulin - Nous n’avons pas de communication institutionnelle en publicité mais sommes très présents sur les réseaux sociaux sous forme de partenariats avec des influenceuses. Nous lançons des parfums en co-création. Nous organisons des événements avec les influenceuses comme le 8e anniversaire de « La Penderie de Chloé ». Nous sommes très actifs avec notre communauté pour des partages de créations de produits, ou encore de rencontres avec les parfumeurs créateurs.

Ceci nous a permis de nous classer sur le baromètre TubeReach 98e pour YouTube au niveau Europe (en juillet-août 2018), et 143e sur Instagram, sur 500 marques au niveau européen ; ce qui est intéressant, sachant que nous sommes uniquement présents en France.

Nous venons par ailleurs de lancer un nouveau concept de magasin, à Belle Épine, en région parisienne, avec la possibilité pour nos clients, d’interagir avec un écran et de répondre à un questionnaire leur permettant d’avoir des suggestions de parfums adaptés ! Voir encadré.

Premium Beauty News - Quels sont vos axes de développement ?

Olivier Raulin - Notre consommatrice est une jeune femme active, nous sommes positionnés dans les centres commerciaux, près des magasins de mode, mais aussi dans les centres villes. Nous sommes très bien implantés dans les grandes agglomérations françaises avec six points de ventes à Marseille ou à Lyon, cinq à Bordeaux et sept à Paris.

Nous détenons 185 magasins (190 d’ici la fin de l’année), dont 40 franchisés - principalement dans les DOM-TOM. Notre chiffre d’affaires a atteint 36 millions d’euros en 2017 et nous vendons un parfum toutes les 10 secondes en France.

Nous souhaitons nous développer à hauteur de 30 ouvertures par an au cours des cinq prochaines années en France, puis à l’international sur des marchés voisins et similaires en termes de consommation comme l’Italie, l’Espagne et l’Allemagne. Nous vendons aussi nos produits à l’international avec des distributeurs en Chine, Russie, Belgique, Algérie, Taiwan et Dubai notamment. Nous pensons avoir de gros atouts pour séduire les clients internationaux notamment en Chine où nous envisageons d’ouvrir une centaine de boutiques d’ici quatre ans.

Nous souhaitons rester dans un langage abordable avec une approche basée sur l’utilisation et moins sur la technicité du parfum. Notre gamme permet déjà de faire du « layering » qui est une tendance grandissante actuellement et c’est un axe que nous souhaitons renforcer.

Par ailleurs, nous nous diversifions en lançant des dérivés de parfum (soins corps, gels douche, etc.) et des « box » avec des flacons de 125 ml associés à des savons, gels douche ou laits pour le corps.

Adopt’ s’installe peu à peu dans le paysage français et nous revendiquons une fabrication locale (France et Europe) pour séduire nos consommatrices à la recherche d’authenticité.

Un concept de boutique digitalisée

Dans le centre commercial Belle-Epine, Adopt’ a lancé en partenariat avec HMY un concept digitalisé pour renouveler l’expérience client autour des trois fondamentaux de la marque : la parfumerie, la cosmétique et les accessoires de mode.


Trois innovations ont ainsi été imaginées et mises en place :

- La parfumothèque élément phare du nouveau concept, équipée d’un écran interactif : après quelques questions sur sa recherche, son humeur et ses goûts, l’application propose à la cliente une sélection de trois parfums qui s’illuminent dans le mural, facilitant ainsi la découverte des fragrances sélectionnées.

- Des make-up stations qui permettent aux clientes de tester seules les produits qu’elles ont choisis ou de faire appel à une conseillère pour un maquillage gratuit ou des conseils personnalisés. Grâce à la tablette placée sous le miroir, la cliente accède à différents tutoriels et à des conseils produits associés. Les tables sont dotées de caméras permettant aux clientes de se prendre en photo et de les partager sur leurs réseaux sociaux.

- Des écrans en vitrine et en magasin (muraux et arrière caisse) dont le contenu est géré depuis le siège d’Adopt’, afin de s’adapter aux événements de l’année, aux opérations commerciales et aux lancements de produits avec la possibilité d’une personnalisation par magasin.