Suivez-nous twitter facebook
Edition: Global
Cliquez ici pour recevoirnotre newsletter gratuite cliquez ici
Science, R&D

Les nanoparticules traversent la barrière cutanée

Une équipe de scientifiques du Centre Médical de l’Université de Rochester ont mis en évidence que des nanoparticules peuvent traverser la barrière cutanée, tout spécialement lorsque celle-ci est endommagée par le soleil. Alors que les nanoparticules sont de plus en plus couramment utilisées dans la fabrication des biens de consommation, dont des écrans solaires, elles font l’objet d’un grand nombre d’études et sont mises sous stricte surveillance par les autorités gouvernementales et les groupes de pression.

Dans un article publié dans l’édition de septembre de la revue Nano Letters, une équipe conduite par le Dr. Lisa DeLouise, du Centre Médical de l’Université de Rochester, État de New York, révèle que des nanoparticules peuvent traverser la peau d’un organisme vivant, en l’occurrence celle d’une espèce de souris couramment utilisée pour mesurer les

Les implications pour la santé hors du champ de l’étude

L’étude se contente cependant de mettre en évidence le fait que la très petite taille de certaines nanoparticules le permet effectivement de traverser la peau de certaines souris, les conséquences sanitaires de la présence de ces nanoparticules dans le corps ne sont pas connues, explique le Dr. DeLouise, qui est professeur assistante en dermatologie et ingénierie biomédicale et expert des propriétés des nanoparticules.

Le Dr. DeLouise insiste sur le fait que son étude ne porte pas sur l’impact sanitaire des nanoparticules, dont ce n’est en aucun cas l’objet : «  Nous voulions simplement voir si des nanoparticules pouvaient passer au travers de la peau, et nous avons trouvé qu’elles le peuvent, dans certaines conditions, » explique-t-elle.

Pénétration transcutanée

Les nanocristaux Quantum Dots peuvent être observés sous forme de points verts fluorescents sur la peau.

Les nanocristaux Quantum Dots peuvent être observés sous forme de points verts fluorescents sur la peau.

L’article publié dans Nano Letters, indique que l’équipe de scientifiques s’est intéressée à la pénétration transcutanée de nanocristaux appelés Quantum Dots qui présentent la particularité d’êtres fluorescents dans certaines conditions, ce qui les rend plus faciles à observer et à suivre que d’autres nanoparticules. Les scientifiques ont observé la distribution des Quantum Dots sur des souris dont la peau avait été préalablement exposée à une quantité de rayons ultraviolets équivalente à celle susceptible de causer un léger coup de soleil à une personne humaine.

L’équipe a pu démontrer que bien que les nanoparticules étaient capables de traverser la barrière cutanée de toutes les souris, elles se diffusaient plus rapidement à travers la peau quand celle-ci avait été endommagée par les ultraviolets.

Une partie de l’explication réside probablement dans les réactions complexes de la peau lorsqu’elle est agressée par les rayons du soleil. En réponse aux rayons ultraviolets, les cellules se multiplient, et certaines molécules présentes dans le tissu cutané, des protéines dont la fonction est d’assurer une jonction ferme des tissus, se relâchent afin de permettre aux nouvelles cellules de se déplacer vers les zones où elles sont nécessaires. Ces protéines agissent normalement comme des gardiens qui sélectionnent quelles molécules sont autorisées à passer à travers la peau et ainsi pénétrer dans le corps, et quelles molécules doivent au contraire être bloquées. En se relâchant, les protéines deviennent moins sélectives que d’ordinaire, donnant aux nanoparticules l’opportunité de traverser la barrière cutanée. Certaines de ces particules sont en effet si petites, moins de 10 nanomètres de large (un nanomètre représente un millionième de millimètre), qu’elles sont quasiment aussi petites que les espaces naturels qui existent entre certaines cellules de la peau.

Dioxyde de titane et oxyde de zinc non encore analysés

Dans le future, le Dr. DeLouise envisage d’étudier le dioxyde de titane et l’oxyde de zinc, deux substances couramment utilisées dans les écrans solaires et d’autres produits cosmétiques afin de protéger la peau contre les effets nocifs des rayons ultraviolets.

Au cours des dernières années, la taille des particules d’oxydes métalliques utilisées dans de nombreux produits de consommation est devenue de plus en plus petite, au point qu’on puisse les qualifier de nanoparticules. L’intérêt d’une si petite taille est qu’il permet aux écrans solaires d’être bien souvent entièrement transparents une fois appliqués sur la peau.

Vincent Gallon

© 2008 - Premium Beauty News - www.premiumbeautynews.com
derniers articles
Focus
Clean Beauty in London se tiendra les 12 et 13 octobre 2020

Un nouveau salon dédié à la clean beauty à Londres

Nommé Clean Beauty in London, ce nouvel événement a pour objectif de rassembler sous un même toit des experts, des scientifiques, des fournisseurs, des marques, des influenceurs et des journalistes pour « construire l’avenir de la clean beauty ». Le salon, qui se tiendra les 12 et 13 octobre 2020 à The Brewery, un espace événementiel situé (...)

en savoir +
opportunités de carrière
Avis d’experts
L'Inde s'affirme comme le prochain géant de la beauté

Asia Cosme Lab
L’Inde s’affirme comme le prochain géant de la beauté

Grâce à une population jeune en croissance (première population de jeunes dans le monde), à l’émergence d’une vaste classe moyenne, et à un meilleur accès à Internet dans les zones urbaines et rurales, l’Inde s’apprête à devenir le prochain géant de la beauté après la Chine. Asia Cosme Lab immergé dans le fascinant marché indien, où tradition et (...)

en savoir +

Rubriques

Nous utilisons des cookies pour une meilleure expérience de navigation. En poursuivant sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus et paramétrer les cookies
fermer