Suivez-nous twitter facebook
Edition: Global
Cliquez ici pour recevoirnotre newsletter gratuite cliquez ici
Rémy Oudghiri

Vers la réconciliation des contraires ? Partie 2

La fusion des contraires contribue aujourd’hui à redéfinir les pratiques et les standards de la beauté. Rémy Oudghiri (Sociovision) et Leila Rochet-Podvin (Cosmetics Inspiration & Creation) reviennent sur quatre paradoxes contemporains ainsi que sur leur implication au sein de l’univers de la beauté.

Suite de la partie 1

Paradoxe 3 - Agir local, penser mondial

Une proportion croissante d’individus a le sentiment de vivre dans un monde « global ». Ils voyagent de plus en plus, ils s’ouvrent aux cultures étrangères, ils en apprennent les langues, ils en consomment les produits et ils dialoguent avec leurs représentants pour des conversations privées ou professionnelles. Et cependant, ces nouveaux héritiers du cosmopolitisme ne jurent que par ce qui est local.

Il s’agit avant tout d’une question de confiance, les individus cherchent à se rassurer. Les circuits courts et l’accès à des productions locales jouent le rôle de garanties : écologiques, qualitatives, culturelles. Ce besoin d’avoir confiance favorise l’achat direct aux producteurs : 46% des Français l’ont fait au cours des six derniers mois de l’année 2014. Et parmi ceux qui ne l’ont pas encore fait, 54% l’envisagent. Des chiffres qui ne cessent d’augmenter en Europe comme aux États-Unis ou au Japon. L’effet paradoxal de la mondialisation, c’est qu’elle réconcilie les individus avec leur environnement local.

C’est le retour d’une beauté entre voisins. L’âme du “fait local” et l’imperfection de l’artisanat, façonné par l’homme, apportent de nouvelles émotions dans nos produits (étiquettes, emballages, ou formules). On est passé du “Made in France” au “Fait en Bretagne” (ex : Britanie, Ho Karan). Aux États-Unis, une boutique à Brooklyn ne vend que les produits faits à Brooklyn (boutique “by Brooklyn”).

Simultanément, les produits venus d’ailleurs sont également porteurs d’émotion et de surprise. Exemple significatif avec l’Asie, qui n’a jamais autant fait la une dans nos sociétés occidentales (Europe et États-Unis). Le succès venu d’ailleurs intrigue, crée le buzz, et le “roll-out” international d’un produit à succès ou d’une mode d’un pays, se déploie à grande vitesse, accéléré par l’effet écho du web.

Le paradoxe ultime est l’arrivée de marques locales aux allures mondiales – l’amérique Made in France (ex : American Vintage) ou le mondial aux allures locales (ex : les éditions Deauville de Kiehl’s ou le My Vodka par Absolut).

Paradoxe 4 - Acheter low cost, consommer luxe

Qui achète au vrai prix aujourd’hui ? « Compte tenu des offres low cost et des promotions quasi permanentes, cela n’a plus de sens d’acheter au prix fort » : 55% des Français le pensaient en 2010, ils sont 60% aujourd’hui. Ventes privées, ventes sur internet, soldes, achats à d’autres particuliers : la panoplie des chasseurs d’opportunités n’a jamais été aussi vaste. La culture « low cost » imprègne l’ensemble des sphères, y compris les plus prestigieuses.

Mais acheter low cost n’empêche pas de rêver et d’acheter des produits ou des services très chers. Les mêmes qui sont capables de patienter ou faire des kilomètres pour acheter moins cher, sont prêts à sacrifier des fortunes pour certains biens.

La premiumisation de la beauté en est un exemple flagrant. Les vernis Christian Louboutin se sont hissés à la quatrième place du marché sélectif aux États-Unis [1]. Les nouveaux rouges à lèvres de la marque, lancés il y a peu, semblent déjà s’annoncer comme un grand succès. Mais le succès de la marque low cost Kiko ou celui de la marque américaine e.l.f. - eyes lips face - montrent que les marques de beauté accessibles progressent également.

Louboutin Beauté – Photo Cosmetics Inspiration & Creation

Louboutin Beauté – Photo Cosmetics Inspiration & Creation

Le vrai changement, c’est que le désirable n’est plus le monopole du cher et que les marques accessibles, outre leur attribut prix, bénéficient d’un lifting esthétique et jonglent avec l’attitude smart, ce qui les rend encore plus attirantes. Les marques de mode ou de beauté accessibles puisent leur inspiration dans le premium pour se rendre désirables, mais aujourd’hui, les marques de luxe font l’inverse. Défilés Chanel dans les supermarchés en mars 2014 ou plus récemment, les campagnes Gucci, Miu Miu scénarisées dans la rue. Les codes changent, les frontières explosent, et la singularité l’emporte.

Conclusions et Implications

La réconciliation des contraires n’est que le reflet d’une nouvelle ère qui questionne nos standards, redéfinit les segments, ajuste les codes. Notre société a changé : aux marques d’adopter une stratégie de changement. D’autant que l’époque est passionnante pour l’industrie cosmétique car la beauté n’a jamais joué de rôle aussi central dans notre société, portée par l’image de soi et l’échange des images. Plus que jamais, la créativité devient essentielle ainsi que la faculté d’adaptation dans un monde « liquide », en constante évolution.
Le succès sera au rendez-vous pour les marques capables de conjuguer cette créativité avec deux incontournables de ce marché :

1/ la performance et la qualité impeccable
2/ la transparence, garantie d’une marque irréprochable.

Sociovision : Rémy Oudghiri, Directeur Général Adjoint Sociovision (E-mail : remy.oudghiri@sociovision.fr) Cosmetics Inspiration & Creation : Leila Rochet-Podvin, Fondatrice, (E-mail : leila@inspiration-creation.com)

Notes

[1] WWD – Nail Brands Evolve as Growth Slows – Avril 2014

© 2015 - Premium Beauty News - www.premiumbeautynews.com
A propos de Rémy Oudghiri
Rémy Oudghiri

Rémy OUDGHIRI, Directeur Général Adjoint - SOCIOVISION (@Sociovision_FR), HEC, Sciences Po Paris. Il a occupé plusieurs postes dans le domaine des études prospectives en France et en Angleterre (Roper, Ipsos). Spécialiste des tendances en matière de modes de vie et de consommation, il est l’auteur de plusieurs ouvrages (Déconnectez-vous et Petit éloge de la fuite hors du monde) et publie régulièrement dans la presse professionnelle.

Il donne des conférences en France et à l’étranger. Il supervise de nombreuses études prospectives sur l’évolution de la société et de la consommation. Il vient de créer pour Marketing Magazine une nouvelle rubrique consacrée aux paradoxes de la consommation contemporaine.

Site web : www.sociovision.com

Focus

MakeUp in Los Angeles dévoile son programme de conférences

La troisième édition de MakeUp in LosAngeles se tiendra les 7 et 8 février 2018 dans un nouveau lieu, le Barker Hangar, en parallèle avec la première édition de Luxe Pack Los Angeles. Au programme des conférences, une trentaine d’intervenants qui animeront une quinzaine de conférences et une demi-douzaine de tables rondes centrées sur les (...)

en savoir +
opportunités de carrière
Avis d’experts
Holiday retail insights

Laurence Bacilieri
Holiday retail insights

Cette année, le résultat des ventes du week-end de Thanksgiving (24-27 novembre) s’annonce excellent aux États Unis. De fait, 45% des américains avaient déjà commencé leur shopping des fêtes avant le 1er novembre. Alors même que 79% des retailers proposaient des remises et promotions plus tôt que l’année dernière, 17% des consommateurs (...)

en savoir +

Rubriques

Nous utilisons des cookies pour une meilleure expérience de navigation. En poursuivant sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus et paramétrer les cookies
fermer