Suivez-nous twitter facebook
Edition: Global
Cliquez ici pour recevoirnotre newsletter gratuite cliquez ici
Science, R&D

Une étude fait le lien entre la puberté précoce des filles et certaines substances utilisées en cosmétique

Une récente étude américaine a établi un lien entre certaines substances contenues issus dans les cosmétiques et la puberté précoce des jeunes filles. Aucun lien significatif n’a été établi pour les garçons. Malgré certaines limites, l’étude s’ajoute à d’autres analyses suggérant que l’exposition à certains perturbateurs endocriniens pourrait influer sur l’âge de la puberté.

La puberté précoce chez les jeunes filles pourrait être liée à certaines substances présentes dans les produits cosmétiques et leurs emballages. - Photo : © JackF / Istock

La puberté précoce chez les jeunes filles pourrait être liée à certaines substances présentes dans les produits cosmétiques et leurs emballages. - Photo : © JackF / Istock

L’étude, conduite par Kim Harley et Brenda Eskenazi, de l’université de Berkeley en Californie et publiée dans la revue Human Reproduction, met en évidence une association entre certains phtalates, parabènes ou phénols et la puberté précoce des jeunes filles. [1]

L’équipe de chercheurs est partie du constat d’une hausse des cas de puberté précoce chez les jeunes filles ces dernières années. Sous la direction du professeur Kim Harley, ils ont analysé les données de 338 couples mères-enfants de la phase de grossesse à l’adolescence.

Mères et enfants

Les chercheurs ont recruté des femmes enceintes en 1999-2000 vivant aux États-Unis. Il s’agissait majoritairement de latinas vivant sous le seuil de pauvreté défini au niveau fédéral et sans diplôme d’études secondaires. Des questionnaires ont été réalisés durant la grossesse des mamans.

L’équipe de recherche a ensuite mesuré les concentrations de différentes molécules dans l’urine prélevée chez les mères pendant la grossesse et chez leurs enfants âgés lorsqu’ils étaient âgés de 9 ans. Trois types de substances ont été ciblées :

  • trois métabolites de phtalates (phtalate de monoéthyle [MEP], phtalate de mono-n-butyle et le phtalate de mono-isobutyle),
  • le méthylparabène (ou 4-hydroxybenzoate de méthyle) et le propylparabène (ou 4-hydroxybenzoate de profile) ;
  • quatre autres phénols (triclosan, benzophénone-3 et 2,4 et 2, 5-dichlorophénol).

Les trois composants chimiques cités précédemment ont été retrouvés dans 90% des échantillons, à l’exception du triclosan (type de phénol) qui a été détecté dans 73% des échantillons d’urine issus des femmes enceintes et 69% des échantillons issus des enfants de neuf ans.

Parallèlement, l’âge de la puberté a été évalué chez 179 filles et 159 garçons tous les 9 mois, entre 9 et 13 ans, grâce à la méthode de classification clinique de Tanner.

Exposition prénatale

L’étude a permis de montrer que les jeunes filles exposées à ces substances sont davantage susceptibles d’avoir une puberté précoce. Le risque le plus fort concernant les filles dont les mères étaient les plus exposées au phthalate de monoéthyle (MEP), au triclosan (TCS) et au 2,4-dichlorophénol (2,4-DCP).

Les chercheurs ont découvert que des concentrations plus élevées de MEP et de triclosan dans l’urine prénatale étaient associées à des changements dans le calendrier des étapes de développement des enfants. Plus les concentrations augmentent, plus les signes de puberté interviennent tôt. Une situation problématique dans un contexte où les écarts d’exposition, au sein des femmes enrôlées dans l’étude, pouvaient varier de 1 à 20 selon les substances.

Possibilité de causalité inversée

Des études avaient déjà été réalisées sur des rats (Bateman and Patisaul, 2008 et Rasier et al., 2006), montrant que les phénols, les parabènes, et les phtalates pouvaient avoir des effets perturbateurs du système endocrinien. Toutefois, aucune étude n’avait étudié les effets de ces substances sur l’humain, à la fois lors de la période prénatale et lors de la période précédant la puberté. « Cela complique la comparaison avec d’autres études,  » expliquent les auteurs.

Les chercheurs mettent également en garde sur le fait que « les résultats concernant l’exposition péripubertaire aux méthyl et propyl parabènes pourraient refléter une causalité inversée si, par exemple, les filles et les garçons qui entrent tôt dans la puberté devenaient ainsi davantage susceptibles d’utiliser des cosmétiques contenant ces conservateurs par rapport aux enfants entrant plus tard dans cette période. »

En effet, ces produits chimiques sont rapidement métabolisés et se retrouvent très vite dans l’urine (en 24 à 48 heures). Une à deux mesures d’urine par stade de développement pourraient ne pas refléter avec précision l’exposition habituelle.

Autre limite de l’étude, toujours selon ses auteurs, elle repose sur une communauté d’enfants latinos pauvres vivant dans des communautés rurales. On ne peut donc exclure d’autres facteurs de contamination tels que les pesticides.

Malgré ces limites, les auteurs considèrent que leur étude est méthodologiquement solide, avec une construction longitudinale et des mesures de biomarqueurs d’exposition au cours de deux fenêtres critiques du développement. Elle « contribue à une littérature de plus en plus importante suggérant qu’une exposition à certains produits chimiques perturbant le système endocrinien pourrait avoir une incidence sur l’âge de la puberté chez les enfants ».

Premium Beauty News avec AFP/Relaxnews

Notes

[1] Kim G Harley, Kimberly P Berger, Katherine Kogut, Kimberly Parra, Robert H Lustig, Louise C Greenspan, Antonia M Calafat, Xiaoyun Ye, Brenda Eskenazi : “Association of phthalates, parabens and phenols found in personal care products with pubertal timing in girls and boys”, Human Reproduction, 04 December 2018

© 2018 - Premium Beauty News - www.premiumbeautynews.com
derniers articles
Focus
Luxe Pack a annoncé le transfert de son édition new-yorkaise au Javits Center dès l'édition 2019

Luxe Pack se prépare pour sa 2e édition à Los Angeles et annonce un nouveau lieu à New York

Avec le lancement réussi de son extension en Californie, 2018 a été une année capitale pour Luxe Pack, le salon professionnel B2B dédié aux emballages de luxe. L’événement reviendra à Los Angeles pour une deuxième édition les 27 et 28 février 2019, se plaçant ainsi officiellement sur la carte des événements professionnels de la côte ouest. (...)

en savoir +
opportunités de carrière
Avis d’experts
Les nouveaux centres de bien-être à Londres

Emmanuelle Bassmann
Les nouveaux centres de bien-être à Londres

Dans la frénésie du monde actuel, nous avons un besoin croissant de trouver de l’espace et du calme, de nourrir notre corps avec une alimentation saine, de trouver un équilibre émotionnel et, bien sûr, de rester beaux. Les consommateurs continuent à rechercher une vie meilleure et à adopter une approche plus holistique de la beauté. Alors (...)

en savoir +

Rubriques

Nous utilisons des cookies pour une meilleure expérience de navigation. En poursuivant sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus et paramétrer les cookies
fermer