Suivez-nous twitter facebook
Edition: Global
Cliquez ici pour recevoirnotre newsletter gratuite cliquez ici
Brèves

Recommandations de l’Afssaps sur la benzophénone-3

L’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) a été chargée en 2009 de réévaluer les risques associés à certaines substances contenues dans les produits cosmétiques et soupçonnées d’effets reprotoxiques ou perturbateurs du système endocrinien.

Parmi les substances concernées par cette réévaluation figure la benzophénone-3 (ou oxybenzone) [1], une substance très couramment utilisée comme filtre UV dans les produits de protection contre le soleil, mais qui est par ailleurs suspectée d’être un perturbateur endocrinien.

oxybenzone ou benzophénone-3

oxybenzone ou benzophénone-3

La réglementation européenne autorise [2] actuellement l’utilisation de la benzophénone-3 à une concentration maximale de 10 % en tant que filtre UV dans les produits cosmétiques. Toutefois, l’Afssaps rappelle que le comité scientifique européen pour la sécurité des consommateurs avait recommandé en 2008 [3] que ce seuil soit abaissé à 6%, mais que la Commission n’a pas encore traduit cette recommandation dans les textes.

Après examen des études in-vitro et in-vivo disponibles, l’Afssaps confirme qu’une restriction d’utilisation de la benzophénone-3 à la concentration maximale 6% permet de garantir la sécurité d’utilisation des produits cosmétiques par les adultes. L’agence précise toutefois qu’à ce taux la marge de sécurité calculée pour les enfants jusqu’à l’âge de dix ans est inférieure à 100 et donc insuffisante pour garantir l’innocuité des produits.

L’Afssaps a transmis ses conclusions à la Commission européenne pour que la réglementation applicable aux produits cosmétiques soit effectivement modifiée. Dans cette attente elle recommande aux industriels de limiter chez l’adulte l’incorporation de la benzophénone-3 dans les produits cosmétiques à une concentration maximale de 6% en tant que filtre UV (0,5% en tant que protecteur des formules) et de ne pas l’utiliser chez les enfants jusqu’à l’âge de dix ans à la concentration de 6%. Interrogée par Premium Beauty News, l’Afssaps précise qu’il «  est de la responsabilité de l’évaluateur de la sécurité de s’assurer que la marge de sécurité est supérieure à 100 pour que celle-ci soit considérée comme sans risque pour le consommateur. »

Vincent Gallon

Notes

[1] CAS n°131-57-7

[2] Annexe VII de la directive cosmétique 76/768/CEE, fixant la liste des filtres ultra-violets

[3] Opinion adoptée par le SCCP, 18e session plénière du 16 Décembre 2008 (SCCP/1201/08)

© 2011 - Premium Beauty News - www.premiumbeautynews.com
derniers articles
Focus
MakeUp in NewYork a accueilli plus de 3 800 visiteurs, avec une croissance de 12% d'invités internationaux.

MakeUp in New York déménage au Javits Center pour poursuivre sa croissance

La dernière édition de MakeUp in NewYork, l’événement B2B dédié à la chaine de valeur de l’industrie du maquillage, a été un gros succès, selon les organisateurs. L’événement qui s’est tenu les 11 et 12 septembre 2019 au Centre415 sur la 5e avenue, à Manhattan, a accueilli plus de 3 800 visiteurs, avec une croissance de 12% d’invités internationaux. (...)

en savoir +
opportunités de carrière
Avis d’experts
Tendance Olfactive : L'impact du minéral

Aliénor Massenet
Tendance Olfactive : L’impact du minéral

Substance solide, inorganique et cristallisée, le minéral résulte d’un processus géologique naturel. En parfumerie, la minéralité est une notion subjective car il n’existe pas de famille minérale à proprement parlé. Avec leurs facettes humides et salées, les notes minérales permettent aux parfumeurs une nouvelle retranscription de la fraîcheur (...)

en savoir +

Rubriques

Nous utilisons des cookies pour une meilleure expérience de navigation. En poursuivant sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus et paramétrer les cookies
fermer