Suivez-nous twitter facebook
Edition: Global
Cliquez ici pour recevoirnotre newsletter gratuite cliquez ici
Science, R&D

Auto-bronzants : Une nouvelle substance pour aider la peau à produire de la mélanine sans UV

Après plus de dix ans d’efforts, une équipe de chercheurs de la Harvard Medical School a mis au point une molécule capable de pénétrer la peau humaine pour la faire brunir sans exposition aux rayons ultraviolets du soleil, évitant ainsi le risque de développer un cancer cutané. À la différence des crèmes auto-bronzantes traditionnelles, qui ne colorent que la couche superficielle de la peau, cette substance agit en stimulant les cellules qui produisent la mélanine, les pigments dont le rôle est d’absorber les ultraviolets. La nouvelle molécule doit toutefois faire l’objet de tests précliniques afin de déterminer son innocuité chez les humains.

Vers la fin des coups de soleils ? Des chercheurs ont découvert une substance capable de pénétrer la peau et de la faire brunir sans exposition aux rayons ultraviolets du soleil. © Olivier Bellin / Istock.com

Vers la fin des coups de soleils ? Des chercheurs ont découvert une substance capable de pénétrer la peau et de la faire brunir sans exposition aux rayons ultraviolets du soleil. © Olivier Bellin / Istock.com

Les études épidémiologiques montrent que les individus avec une peau claire et/ou qui bronzent difficilement sont les plus susceptibles de développer des cancers de la peau, alors que ceux-ci sont nettement plus rares chez les individus à la peau très foncée. Les auteurs de l’études publiée dans la revue américaine Cell Reports [1] estiment donc que la mise au point d’une substance capable de stimuler la production de mélanine est susceptible de constituer une avancée importante dans la lutte contre les cancers de la peau.

La substance mise au point par l’équipe de la Harvard Medical School est une molécule de petite taille conçue pour inhiber les protéines kinases SIK (Salt-inducible kinase) impliquées dans la régulation de la production de mélanine chez l’homme.

Cette substance appliquée comme une crème permet ainsi de brunir l’épiderme des souris à poil roux qui comme les humains, sont plus susceptibles de développer un cancer de la peau sous l’effet des ultraviolets. Ces travaux découlent d’une étude (parue en 2006 dans la revue scientifique britannique Nature qui montrait qu’une autre substance, la forskoline, produite par la plante appelée coléus de l’Inde, pouvait induire le brunissement de la peau de souris rousses sans exposition aux ultraviolets. Mais les scientifiques ont très vite découvert que cette molécule ne pouvait pas pénétrer la peau humaine.

Tests sur des échantillons de peau humaine

N’étant pas protégé par une épaisse couche de poils, l’épiderme humain a dû au cours du temps évoluer pour développer des protections contre, entre autres, le froid, la chaleur et les rayons ultraviolets du soleil. « La peau humaine est une formidable barrière, difficile à pénétrer  », explique le docteur David Fisher, chef du service de dermatologie à l’hôpital américain Massachusetts General et professeur à la Harvard Medical School, l’un des auteurs de cette découverte. « Dix plus tard, nous avons trouvé une solution avec une autre classe de molécules... plus petites et capables de passer à travers les lipides pour cibler un autre enzyme agissant sur le même mécanisme génétique de pigmentation de la peau  », précise le chercheur.

Les scientifiques ont testé ces molécules sur des échantillons de peau humaine en laboratoire et constaté qu’elles brunissaient plus ou moins en fonction des doses de cette substance et la fréquence des applications. Ce bronzage artificiel a duré plusieurs jours avant de disparaître avec le processus normal de régénération de la peau.

« L’importance potentielle de cette étude résidera à terme dans une nouvelle stratégie de protection de la peau et de prévention du cancer cutané », juge le docteur Fisher. « La peau est le plus grand organe de notre corps pouvant être touché par le cancer et la majorité des cas sont liés à une exposition aux rayons ultraviolets », conclut-il.

V.G. avec AFP/Relaxnews

Notes

[1] “A UV-Independent Topical Small-Molecule Approach for Melanin Production in Human Skin”, Nisma Mujahid, Yanke Liang, Ryo Murakami, Hwan Geun Choi, Allison S. Dobry, Jinhua Wang, Yusuke Suita, Qing Yu Weng, Jennifer Allouche, Lajos V. Kemeny, Andrea L. Hermann, Elisabeth M. Roider, Nathanael S. Gray, David E. Fisher, Cell Reports, Volume 19, Issue 11, p2177–2184, 13 June 2017

© 2017 - Premium Beauty News - www.premiumbeautynews.com
derniers articles
Focus

MakeUp in NewYork : +11% de visiteurs pour l’édition 2017

MakeUp in New York, qui a tenu sa septième édition les 19 et 20 septembre 2017, a accueilli plus de 3100 visiteurs (une hausse de presque 11% par rapport à 2016). « Plus que jamais, MakeUp in NewYork s’est affirmé comme le rendez-vous incontournable de la filière professionnelle du secteur du maquillage en (...)

en savoir +
opportunités de carrière
Avis d’experts
L'engagement pour la qualité maximale

Laboratoires Maverick
L’engagement pour la qualité maximale

Au long de ses plus de 25 années d’expérience, la valeur différentielle des Laboratoires Maverick est d’offrir toujours la Qualité maximale pour tous ses produits pour l’’hygiène et les soins personnels. La Qualité est le principe fondamental qui régit tous les processus de développement et de fabrication de l’entreprise, une forteresse qui (...)

en savoir +

Rubriques

Nous utilisons des cookies pour une meilleure expérience de navigation. En poursuivant sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus et paramétrer les cookies
fermer